PARTAGER
Former Senegalese Prime Minster Macky Sall (C) gestures during his speech in Dakar on December 1, 2008 during the uncovering of his new political party, Alliance for the Yakkar Republic (APR). The Former national assembly leader created the political party three weeks after his unseating in parliament. AFP PHOTO/SEYLLOU (Photo credit should read SEYLLOU/AFP/Getty Images)

Telle une Armée mexicaine, mon parti que j’ai contribué à créer, à implanter partout dans le territoire national, à amener au pouvoir, à défendre son bilan et à réélire au premier tour est en train de dangereusement sombrer dans la déchéance ténébreuse totale du fait d’énergumènes arrivistes, affamés, voraces aux panses jamais repues, qui se disent membres fondateurs de l’Alliance pour la République­/Yaakaar.
Qu’ont-ils fait que nous autres militants de la première heure n’avons pas fait, si ce n’est que nous demeurons dans l’anonymat absolu depuis l’accession de notre «bébé parti» au pouvoir en 2012 ? Sont-ils plus méritants que nous autres militants de la première heure qui, malgré les affres de la précarité et du chômage politique, avons bravé chaleur et fraîcheur, tempête et brouillard pour vulgariser et vendre un idéal «Dékkal ngoor» qui se mua pour devenir «Yoonou yokkuté», avant de passer à un programme plein d’espoir pour sortir le Sénégal des méandres de la pauvreté à l’horizon 2035 ( Plan Sénégal émergent).
Eux, ces laudateurs perdus par leur cupidité, ont au moins été récompensés par des strapontins moelleux qui leur ont permis sans nul doute de se doter de capacité d’accéder à une certaine presse interposée par laquelle ils travestissent et écornent l’image reluisante du parti, à se jeter l’opprobre, créant ainsi l’occasion pour les pourfendeurs de diaboliser votre régime et cela, sous les yeux impuissants de nous autres camarades de parti qui n’avons jamais goûté aux faveurs du parti au pouvoir, malgré les innombrables sacrifices que nous avons consentis, des fois même au prix de notre travail.
Il est temps Monsieur le Président de siffler la fin de la récréation. Ces pseudos militants de la première heure, membres fondateurs «fractionnaires» au lieu d’actionnaires de l’Apr, sont en train de ternir l’image du parti et d’ensabler le bilan élogieux de huit années d’exercice du pouvoir.
Nous autres militants de la première heure, qui n’avons jamais eu de responsabilité et qui croyons toujours à l’idéal du parti et à son président, demandons la démission de ces militants-responsables de leur postes politiques et des fonctions qu’ils occupent au sein du Secrétariat exécutif national de l’Apr.
C’est l’occasion, Monsieur le Président, de nous honorer du comportement de certains militants-responsables du parti qui, de par leur charisme, leur loyauté et leur compétence dans l’œuvre de construction d’un Sénégal émergent et de consolidation des acquis du parti, dégagent de l’espoir et de l’avenir. Je veux citer l’exemple de Madame Aminata Touré, présidente du Cese et de Monsieur Mame Boye Diao, directeur des Domaines, à titre illustratif.
Je terminerai, Monsieur le Président, par rappeler aux militants et responsables votre dicton que nous avions en bandoulière du temps de «Dékkal ngoor» : «La politique peut bien s’accommoder de la morale et de l’éthique.»
Alioune Badara GUEYE
Militant de première heure
Coordonnateur Actions Républicaines pour un Mouvement
Vers l’Emergence. (Arme)
moufty79@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here