PARTAGER

Moustapha Diakhaté préside la commission ad hoc chargée d’étudier la levée de l’immunité parlementaire de Barthélémy Dias. Composée de 11 députés, ladite commission devra entendre le député-maire de Mermoz Sacré Cœur avant le vote en plénière de la levée de son immunité, prévu le 11 novembre prochain.  

Par Babacar Guèye DIOP – L’Assemblée nationale ne veut pas trainer les pieds sur la levée de l’immunité parlementaire de Barthélémy Dias. L’Hémicycle a installé hier les membres de la commission ad hoc chargée d’étudier la question. Les 11 députés, dont 8 de la majorité, 2 de l’opposition et 1 non-inscrit sont : Moustapha Diakhaté (Bby-Apr), Samba Diouldé Thiam (Bby-Apr), Awa Guèye (Bby-Apr), Oumar Sarr n°1 (opposition-Pds), Pape Biram Touré (Bby-Apr), Alioune Badara Diouf (Bby-Apr), Ndèye Dieynaba Ndiaye (Fsd/Bj-non inscrit), Mar Diouf (Bby-Ps), Ibrahima Sané (Bby-Rsd/Tds), Aliou Kébé (Bby-Apr) et  Aïda Mbodji (opposition-Pds). La présidence de ladite commission sera assurée par Moustapha Diakhaté, assisté de Aïda Mbodj comme 1ère vice-présidente, de Mar Diouf (2ème vice-président) et de Awa Guèye (3ème vice-présidente).
Ainsi, Moustapha Diakhaté et Cie vont entendre le député-maire de Mermoz-Sacré cœur avant de porter l‘affaire en plénière pour un vote prévu le 11 novembre prochain. Face à la presse à la fin de la séance, Barthélémy Dias a exigé des garanties du Garde du sceaux quant à l’organisation d’un procès juste et équitable. «C’est le ministère de la Justice qui a demandé la levée de mon immunité parlementaire. Je m’en réjouis parce que c’est une demande que j’avais formulée depuis deux ans. Maintenant, j’attends de ce ministère qu’il donne à l’Assemblée nationale les garanties d’un procès juste et équitable». Le député socialiste a ajouté la question de savoir «où sont les commanditaires ?» de l’attaque de la mairie de Mermoz-Sacré cœur. Après cette question, le député-maire de Mermoz-Sacré Cœur a déploré le «manque de réponses» de la part de Me Sidiki Kaba. De ce fait, il a averti : «Je n’accepterai pas de participer à un complot qui ne dit pas son nom.»
On le sait, cette 12ème Législature a déjà  procédé à la levée de l’immunité parlementaire de 3 députés, tous dignitaires de l’ancien régime, sur demande de la Justice. Il s’agit de Me Ousmane Ngom, de MM. Abdoulaye Baldé et Oumar Sarr. A part quelques convocations à la gendarmerie, les concernés sont toujours libres comme l’air. Le cas Barthélémy Dias ne risque-t-il pas de se terminer de la même manière ? «Quand la Justice nous demande de lever l’immunité parlementaire d’un député, notre rôle est de le faire. Mais pour les poursuites judiciaires, c’est du domaine de la Justice et non de l’Assemblée nationale», a rétorqué Moustapha Diakhaté, président du groupe parlementaire Benno bokk yaakaar, qui a précisé que ce n’est pas au ministre de la Justice de «garantir un bon procès».
Le responsable apériste s’est aussi interrogé sur l’attitude de Barthélémy Dias : «Vous êtes au courant que depuis 2 ans, notre collègue a écrit aux députés, bien que c’était irrecevable, pour demander la levée de son immunité parlementaire. Son discours d’aujourd’hui doit vous interroger. On ne peut pas demander une chose qui tend à se réaliser et poser un autre débat. Cela pose la question fondamentale de la sincérité de la première lettre.»
bgdiop@lequotidien.sn 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here