PARTAGER

Maïmouna Kane, l’une des premières femmes ministres au Sénégal, a été inhumée ce mercredi à Dakar. L’enterrement a été précédé par la levée du corps en présence du Premier ministre, des membres du gouvernement et de l’opposition.

Son nom restera à jamais gravé dans les annales de l’histoire du Sénégal. Rappelée à Dieu le 1er mars à Paris, Maïmouna Kane repose depuis hier au cimetière musulman de Yoff. Elle a été conduite à sa dernière demeure après les hommages rendus par la Nation. Hier, à la morgue de l’hôpital Principal où a eu lieu la levée du corps, la classe politique s’est réunie autour de la dépouille de cette ancienne ministre. Me Doudou Ndoye, Pr Abdoulaye Bathily, Pr Amssatou Sow Sidibé étaient là parmi les centaines d’anonymes. Au premier rang, ses anciennes connaissances socialistes dont Ousmane Tanor Dieng, Aminata Mbengue Ndiaye, Abdoulaye Makhtar Diop, Serigne Mbaye Thiam. Sans oublier la famille judiciaire dont elle était membre et qui a été représentée par le Premier président de la Cour d’appel de Dakar, Demba Kandji. Marchant à pas feutrés, six individus viennent poser le cercueil enveloppé d’un drap sur deux pieds placés au milieu de l’assistance. Et pendant ce temps, le vent distillait des particules de poussière sur les parents et amis consternés par sa disparition. Ceux qui n’ont pas accédé à la tente ressentaient également l’effet des rayons de soleil. «C’est le Sénégal entier qui aujourd’hui (hier) se retrouve autour d’une des grandes personnalités de la République, d’une des grandes mamans aussi. Parce qu’elle était notre maman. Le Président a souhaité décaler le Conseil des ministres qui devait commencer à 10 h et il a convoqué à 11h pour justement rendre hommage à une grande dame de la République, un modèle pour les jeunes générations et les générations à venir. Pour d’abord sa discrétion, sa compétence, son dévouement à la Nation et également à sa famille et pour toutes les avancées qui ont été réalisées sous son magistère en valeur de la promotion de la condition féminine, pour également son parcours magistral au sein de la magistrature sénégalaise», a témoigné le Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dionne.
D’ailleurs, il a annoncé que Macky Sall se rendra très prochainement à la maison mortuaire pour présenter les condoléances de la Nation à la famille éplorée. Et au nom de la famille de la défunte, Ndiawar Kane a remercié le gouvernement pour son soutien. Mais aussi le chef de l’Etat ivoirien, Alassane Dra­mane Ouattara, «qui s’est beaucoup investi pendant cette période». Et de renchérir : «Nous sommes ici très réconfortés par le fait que, ce que nous avons retenu de Maimouna (Kane) a été retenu par l’ensemble des segments de la population sénégalaise. La première chose, c’est sa grande piété. La deuxième chose, c’est sa simplicité. Maïmouna (Kane) a été aussi une grande femme d’Etat. Elle a représenté dignement le Séné­gal.» Un témoignage corroboré par Aminata Mbengue Ndiaye, ministre de l’Elevage et des productions animales. Elle raconte : «Je l’ai connue en 78. Nous avons travaillé ensemble pendant les 8 ans où elle a été au ministère du Développement social. C’était une très grande dame. Elle a beaucoup fait pour le pays surtout pour la promotion de la femme. Elle était simple, très pieuse. C’est quelqu’un qui avait le sens de la famille également, de l’amitié, des relations humaines.» Et après les dis­cours, sur recommandation de l’imam Ma­madou Dia­bel Ndiaye, le public s’est mis à psalmodier des versets du Coran pour le repos éternel de l’âme de l’ancienne magistrate et ministre du Déve­loppement social sous Abdou Diouf.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here