PARTAGER

Hier à l’occasion d’une manifestation organisée à Grand-Yoff pour la libération de Khalifa Sall, le maire de la Médina a répondu à Abdoulaye Wilane qui disait que «lorsqu’une dent est pourrie, irrécupérable et ne sert plus à rien, il faut s’en départir avant qu’elle ne vous emporte». Pour Bamba Fall, «ce ne sont pas les dents qui sont pourries mais la bouche».

La bataille interne au Parti socialiste continue. Le camp de Ousmane Tanor Dieng et celui de Khalifa Ababacar Sall ne se font pas de cadeau. Chaque partie ne rate jamais l’occasion de fusiller l’autre. «Lorsqu’une dent est pourrie, irrécupérable et ne sert plus à rien, il faut s’en départir avant qu’elle ne vous emporte», avait ironisé Abdoulaye Wilane, porte-parole du Parti socialiste au cours de la dernière réunion du Secrétariat exécutif national des Verts de Colobane.
Le maire de la Médina a répondu au maire de la commune de Kaffrine. Selon Bamba Fall, «ce ne sont pas les dents qui sont pourries mais la bouche». Il s’est exprimé sur la question hier, à l’occasion d’une manifestation organisée par les femmes khalifistes, afin d’obtenir la libération de leur leader.
De l’avis de Aminata Diallo, cette «auto-exclusion» que Ousmane Tanor Dieng et Cie cherchent à coller à Khalifa Sall et ses compagnons n’est qu’un «divertissement». Selon elle, il y a des non-dits dans cette décision prise par le Secrétaire général du Ps et son Secrétariat national. «Les postes qui ont été distribués au Parti socialiste ne sont pas suffisants. Alors, on utilise aujourd’hui un camarade comme appât. Et je trouve que c’est mesquin, ce n’est pas gentil. Parce que Khalifa, depuis l’âge de 11 ans, il est au Ps. Il ne mérite pas ce qu’ils sont en train de faire. Donc, leur divertissement ne passera pas.»
Sa camarade Aïssatou Fall, présidente des femmes socialistes du département de Dakar, a abondé dans le même sens. Elle dira : «Ils se trompent lourdement par rapport aux textes du parti.» Et la socialiste de poursuivre son raisonnement. «Parce que s’il fallait chasser certains, ils devaient le faire depuis 2014. Je vous donne l’exemple de Tanor qui est parti seul en 2014. Il n’est pas parti sous la bannière de Benno bokk yaakaar. Bocar Momar Thiam, la même chose. Il fallait le faire pour d’autres maires traitres, à l’image des maires Alioune Ndoye (maire de la commune de Dakar-Plateau) et Jean-Baptiste Diouf (maire de Grand-Dakar), qui sont devenus maires grâce à Taxawu Ndakaru». A Tanor Dieng et aux autres membres du Secrétariat national du Ps, elle lancera qu’ils «ne peuvent pas nous exclure. Ils sont trop petits. Nous ne sommes pas perturbés par ce qu’ils disent. On les laisse en tant que clowns faire leur cirque».
Pour rappel, au cours de la rencontre de samedi dernier, le Sen a constaté l’ «auto-exclusion» du secrétaire à la Vie politique et de son groupe de camarades. La question de leur exclusion définitive sera soumise à l’approbation du Bureau politique dans les prochains jours.

msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here