PARTAGER

L’ancien ministre sénégalais des Affaires étrangères peut afficher le sourire après avoir bénéficié d’une liberté provisoire. Mais Cheikh Tidiane Gadio ne peut encore sortir des Etats-Unis puisqu’il est assigné à résidence en attendant son procès.

Cheikh Tidiane Gadio peut respirer. Il a fait face hier au juge après une semaine de détention pour une affaire de corruption présumée. Son avocat américain avait indiqué sur la Rfm que son client devait payer une caution de 250 000 dollars (près de 139 millions F Cfa). Mais il semblerait que le juge américain lui ait accordé une liberté provisoire sans cette caution. Mais cette liberté ne sera effective qu’aujourd’hui. Cependant, l’ancien ministre sénégalais des Affaires étrangères est assigné à résidence dans le Maryland, chez son épouse, une fonctionnaire des Nations-Unies, en attendant son procès. Un de ses proches collaborateurs, Mamadou Baal, a précisé plus tard sur Rfm que Gadio retournera devant le juge le 18 prochain. Les autorités sénégalaises avaient assuré qu’elles ne ménageraient aucun effort pour assister l’ancien ministre sous Wade. Dans tous les cas, il ne peut encore rentrer au Sénégal que si la justice américaine lui délivre une autorisation.
Il est reproché à M. Gadio d’avoir, avec un homme d’affaires chinois, Chi Ping Patrick Ho, proposé des pots-de-vin afin d’obtenir, au Tchad et en Ouganda, des concessions et marchés au profit du conglomérat chinois Cefc China Energy, une entreprise basée à Shanghai et travaillant dans le domaine de l’énergie et de la finance. «Ces sommes auraient été versées au plus haut niveau, via une Ong financée par cette firme, le China Energy Fund Committee, basée à Hong Kong, au titre de mécénat pour des causes caritatives. Selon l’acte d’accusation de la justice américaine, qui ne mentionne pas explicitement le nom des deux structures et n’a pas encore donné lieu à un débat contradictoire, le président tcha­dien Idriss Déby Itno et le ministre ougandais des Affaires étrangères, Sam Kutesa, au­raient bénéficié de ces largesses», précisait Jeuneafri­que.­com.
Le Fbi estime que M. Gadio aurait remis 2 millions de dollars (1 milliard de F Cfa) au Président tchadien et aurait lui-même encaissé 400 000 dollars (200 millions de F Cfa).
hamath@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here