PARTAGER

L’Inspection départementale de l’Education et de la formation (Ief) de Vélingara fait face à des remous depuis quelques semaines. Remous liés à la diminution du nombre de centres d’examen pour le Bfem et à la supposée fermeture d’une école maternelle. L’inspecteur Amadou Lamine Wade a apporté des précisions.

L’inspecteur départemental de l’Education et de la formation (Ief) de Vélingara n’a pas attendu longtemps pour réagir à une publication parue, mardi passé, dans des journaux en ligne et dans des sites d’informations dénonçant la suppression de certains centres d’examen pour le Brevet de fin d’études moyennes (Bfem) qui aura lieu le 18 juillet prochain. A ce propos, Amadou Lamine Wade précise : «En 2018, il existait 34 collèges d’enseignement moyen et 32 centres d’examen. Beaucoup de ces centres n’avaient même pas le nombre de candidats nécessaire pour l’ouverture d’une salle d’examen, c’est-à-dire 30.» Il poursuit : «Les instructions du ministère de l’Education nationale, contenues dans la note-circulaire n°000030 du 6 mai 2013, rappelées le 26 juin 2018 par la circulaire n°0003246 MEN, demandent de limiter la taille des jurys à 250 candidats au maximum et 150 au minimum.» Comme conséquences de cette situation «l’absence d’efficience et d’efficacité, la lourdeur de l’organisation matérielle, le risque élevé de corruption de jury…». A titre d’exemple, note l’ief, «pour un petit centre de 21 candidats comme Patimcouta, il faut désigner, prendre en charge, déplacer à l’aller comme au retour au minimum, 1 président, 1 secrétaire, 2 surveillants. Il faut transporter les copies vers le centre de correction après chaque épreuve souvent sous la pluie».
Tirant les leçons de tous ces désagréments, l’Ief dit avoir cette année, «avec des arguments techniques convaincants, proposé à l’inspecteur d’académie un dispositif organisationnel de 17 centres». Pour ce qui concerne la «fermeture intempestive de structures d’éducation», l’Ief a apporté des éclairages. Il a déclaré : «Depuis 2015 que je suis à la tête de cette circonscription, je n’ai jamais fermé d’école. Au contraire, le nombre d’écoles élémentaires est passé de 275 à 289 avec la création de 14 nouvelles écoles. Dans la petite enfance, en collaboration avec les maires, je suis à l’origine de l’ouverture de 22 centres préscolaires communautaires.»

akamara@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here