PARTAGER

Le ministre des Infrastructures, des transports terrestres et du désenclavement, Oumar Youm, a annoncé hier des mesures drastiques concernant le secteur du transport public comme privé. Ces décisions vont de la limitation du nombre de passagers aux mesures sanitaires, en passant par l’interdiction du transport interurbain.

Le transport interurbain et la circulation sont interdits dans toutes les circonscriptions de 20 heures à 6 heures du matin. Cette mesure entre dans le cadre du couvre-feu décrété par le chef de l’Etat. Cependant, elle n’exclut pas des dérogations pour les présidents d’institution de la République, les ministres, les secrétaires d’Etat, les députés, les ambassadeurs, les gouverneurs, les préfets et sous-préfets… qui ne sont pas concernés par la restriction de circuler. Aussi, des autorisations spéciales peuvent être délivrées en cas de nécessité.
Les frondeurs sont passibles d’une peine de 20 mille à 500 mille francs Cfa, a indiqué Aly Ngouille Ndiaye, ministre de l’Intérieur et de la sécurité publique hier en conférence de presse au ministère de la Santé et de l’action sociale. Selon son homologue chargé du Transport terrestre, l’embarquement des passagers dans les bus, mini-bus et autres véhicules effectuant un transport public ou privé se fera dans le respect des places assises qui sont disponibles, pour tenir compte des distances d’au moins un mètre entre les passagers. Ainsi, le nombre de passagers à bord de ces catégories de véhicule à usage public ou privé est désormais limité à la moitié du nombre de places prévues par la carte grise. «Tous les passagers d’un véhicule de transport seront minus d’équipements appropriés de protection, gans, masques, gel antiseptique…», a indiqué Oumar Youm. En conséquence de la mesure, les gares de transport interurbain seront fermées. Et toute fréquentation de ces lieux non liée directement aux activités de transport sera interdite comme les activités commerciales. Le ministre Youm informe aussi que le nombre de passagers à bord des taxis urbains et véhicules particuliers est arrêté à trois places en lieu et place de cinq, y compris  le conducteur, alors que les deux roues sont limitées à une seule personne. Le transport de marchandises, utile à la vie économique, se poursuivra, mais le nombre de passagers est ici limité à deux personnes, y compris le chauffeur et devront être équipés de masques et de gans durant tout le trajet.
S’agissant des exploitants des autoroutes, ils sont invités d’améliorer les conditions sanitaires pour leur personnel et les usagers et réduire leurs effectifs de péage, d’assistants en voies automatiques ainsi que les facilitateurs de trafic, alors que les cartes de transaction manuelle devront être traitées avec le maximum de précaution.
Oumar Youm engage les usagers à rigoureusement respecter les règles de distanciation sociale ainsi que les mesures d’hygiène et de sécurité préconisées par le ministère de la Santé et de l’action sociale. Etant donné que ces mesures auront un impact significatif sur l’offre de transport public déjà déficitaire à Dakar, il est recommandé aux entreprises utilisatrices de grande main-d’œuvre de moduler leurs effectifs en cohérence avec ces mesures d’ajustement de l’offre de transport.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here