PARTAGER

Le limogeage du directeur des Sénégalais de l’extérieur continue de faire réagir jusque dans le camp présidentiel. «Sory Kaba a failli à la ligne directrice tracée par le chef de l’Etat. Le Président avait donné, au cours du dernier séminaire, des directives et une orientation bien claire sur la nouvelle stratégie de communication axée sur le portefeuille de projets du Pse2. Et il avait invité la majorité présidentielle au travail pour arriver à cet objectif. Mais mon cher ami Sory Kaba est visiblement sorti de cette ligne en agitant l’histoire d’un 3ème mandat», a déclaré Toura­dou Sow, responsable de l’Apr aux Parcelles Assainies. Ce membre de la Convergence des cadres républicains (Ccr) réfute d’ail­leurs l’idée selon laquelle il y a un manque de démocratie au sein parti du pouvoir. «Macky Sall s’évertue aujourd’hui à la réussite du Pse2. Pour cela, il doit travailler dans un environnement propice. C’est le sens du dialogue national. Donc, parler de dernier mandat ou de troisième mandat jette le trouble sur ceux qui travaillent pour un Sénégal émergent», estime M. Sow.
De même, sur le limogeage de Moustapha Ka et Samba Seck Ndiaye à la suite de leurs déclarations auprès du Comité des Nations unies sur les droits de l’Homme, sur une réhabilitation de Karim Wade, Touradou Sow s’en remet au communiqué du ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur. «La délégation sénégalaise n’a, en aucun cas et sous quelque forme que ce soit, pris des engagements allant dans le sens d’une réhabilitation de Monsieur Karim Wade, ou d’une réparation d’un préjudice qu’il aurait subi. Par conséquent, les informations publiées à ce sujet sont dénuées de tout fondement et relèvent de la méconnaissance des procédures du droit sénégalais et des positions antérieurement et clairement exprimées par le Sénégal sur la question», avaient indiqué les services de Amadou Bâ.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here