PARTAGER
El Hadji Kassé, Pôle communication Bby.

Réaliser des «convergences dynamiques». Telle doit être l’ambition du Dialogue national d’après l’initiative PenserAgir. El Hadji Kassé et Cie saluent cette démarche novatrice de gestion du pouvoir.

Pour l’initiative PenserAgir, la reprise du Dialogue national mène à une «étape décisive dans l’exercice démocratique de très haute portée politique». Dans un communiqué, El Hadji Hamidou Kassé et ses camarades fixent les conclusions attendues de ces concertations dirigées par Famara Ibrahima Sagna. «Le grand défi pour nous, ici et maintenant, est aussi et surtout de démontrer notre capacité à concevoir que le débat, notamment politique, âpre et contradictoire, n’est pas incompatible avec le dialogue pour identifier les points de consensus autour des règles du jeu démocratique ainsi que les questions majeures qui transcendent les intérêts particuliers des différents acteurs», écrivent-ils. Dans un contexte mondial caractérisé par une crise manifeste de la démocratie représentative, note ce mouvement de pensée, «les expériences sénégalaises de recours systématique aux moyens du dialogue, dans une quête permanente d’un consensus fédérateur, constituent une modalité novatrice d’exercice du pouvoir». Dès lors, le coordonnateur de l’Initiative, El Hadji Kassé, Abdou Fall et Cie estiment qu’il convient d’en «capitaliser les bénéfices pour la paix et la stabilité de notre Nation». PenserAgir de poursuivre : «Cette option de prolonger l’exercice d’une démocratie représentative qui n’a plus aucun secret pour notre pays, par la mise en place de mécanismes permanents de concertation, de consultation, de dialogue avec toutes les forces vives de la Nation, marque la manifestation de la volonté de notre leadership politique et social d’expérimenter un modèle innovant de gouvernance.»
Le but poursuivi de ces concertations débutées en mai 2019 est, d’après l’initiative, de réaliser des «convergences dynamiques, expression de notre quête inclusive du bien-être des populations». Elle estime que l’autre grand défi est de «démontrer notre capacité à assumer nos divergences dans le cadre d’une démocratie apaisée». D’après l’initiative PenserAgir, d’un Dialogue national réussi «surgira une confiance durable et renouvelée, socle du mécanisme démocratique ponctué par des débats d’idées, de projets et programmes, en lieu et place de confrontations systématiques entre majorités et minorités. Il est la condition nécessaire d’un agir-ensemble pour le Sénégal».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here