PARTAGER

Sur les bords du Nil, après avoir apprivoisé les Ecureuils du Bénin,
Voilà que les Lions, furieux, ont cloué le bec aux Aigles tunisiens ;
Comme Blanquette, la chèvre qui s’est battue toute une nuitée,
L’équipe ailée, serres puissantes à la main, a fini par succomber.
Cette «succombance» ne signifie point qu’elle a démérité ;
Oui, lors des prolongations, rajout de trente intenses minutes,
La Tunisie, alors assez remuante en cet après-midi de dimanche,
A cependant marqué contre son camp, pour comble de malchance.
Peuple qui sautille, qui danse, qui jubile, Peuple qui exulte plein d’entrain,
Peuple qui, dans les artères, bondit de joie, de satisfaction et d’allégresse,
Devant la cuisante et non moins amère défaite de l’Equipe de Alain Giresse,
Passée ainsi sous les fourches caudines tout comme le furent les Romains.
C’était bien le délire, c’était la liesse, c’était la grande communion ;
Oui, tout à leur affaire, les zélés supporters ont revivifié la Nation ;
Les poulains de Aliou Cissé s’acquitteront de ces éloquents messages,
En raflant au cours de ce vendredi égyptien tout sur leur passage.
Oui, sublimes moments d’extase où pouvait s’écrouler l’existence,
Sans que ces supporters-là y attachassent la moindre importance,
Abimés dans une jubilation primesautière, spontanée, immédiate,
Montrant ainsi qu’ils entendent bien renouer avec d’autres réussites.
Oui, la Nation sénégalaise qu’on a dite commun vouloir de vie commune,
A les yeux braqués sur ce trophée qu’elle convoite depuis des lunes.
Donc, la finale contre l’Algérie vers laquelle nous nous acheminons,
Doit rester, pour cette Nation, une géniale occasion d’aller à l’unisson ;
Vont-ils, les Lions, susciter des concerts de klaxons par leur résolution ?
Leur détermination mènera-t-elle vers le triomphe, vers la consécration ?
L’élan populaire habituel retrouvera-t-il son sillage ? Sa place ?
L’engagement qu’on attend de nos lions fera-t-il la différence ?
Pétris des valeurs de foula, de fayda et de djom, nos intrépides Lions,
Autour de cette balle bondissante, véloce ne failliront ni ne flancheront.
La victoire est possible, elle est bien possible. Il suffit surtout d’y croire.
Alors ensemble, nous la remporterons la victoire, l’éclatante victoire !
Me Serigne Amadou
MBENGUE
Avocat à la Cour

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here