PARTAGER

Qui paie est investi ! C’est ainsi que les membres de la coordination des responsables départementaux de l’Alliance pour la citoyenneté et le travail (Act) ont réagi après la validation de la liste de Joyyanti. Ils accusent leur leader, Abdoul Mbaye, d’avoir choisi ses hommes, moyennant chacun une cotisation. En conférence de presse hier, ces frustrés de l’Act parlent de «violation des textes de leur parti». «Les articles 25 et 26 des textes fondateurs de l’Act qui stipulent que pour être investi, il faut au moins faire 6 mois dans le parti n’ont pas été respectés. Com­ment peut-on prôner l’éthique dans la politique et violer les lois de son propre parti ?», s’étonne leur porte-parole Dembo Sakho. Pour le chargé des adhésions et des rencontres de l’Act, Abdoul Mbaye a «soumis à contribution financière avec un tarif associé à chaque place les investitures sur la liste nationale de la coali­tion Joy­yanti». Les frondeurs ont fourni une liste d’une dizaine de membres de l’Act dont Abdoul Mbaye qui auraient déboursé chacun 200 mille à 2 millions 500 mille F Cfa pour figurer en bonne place.
Le responsable de l’Act à Pikine Nord, Mouhamed Guèye, d’ajouter : «Beaucoup d’arrivistes ont été promus au détriment de ceux qui, pendant longtemps, ont œuvré pour la bonne marche du parti. Les listes nationales et départementales ont été confectionnées en catimini sans que le bureau politique, instance décisionnelle, ne soit associé.» Ces frustrés s’interrogent en conséquence sur la «capacité réelle» de l’ancien Premier ministre à «prétendre au fauteuil présidentiel». «La responsable des étudiants et élèves est investie à la 14ème place sur la liste nationale tandis que le patron des jeunes est envoyé sur la liste départementale de Kolda. Le secrétaire permanant chargé des audiences du président de l’Act est à la 21ème place, alors que la chargée de la mobilisation se retrouve à la 12ème place, là où le chargé de la vie du parti et des affaires électorales devra se battre à Ziguinchor», constate la coordination des responsables départementaux.
Pour tout cela, Dembo Sakho en déduit une «trahison des Sénégalais d’ici et de la diaspora qui croyaient au projet de Abdoul Mbaye». Les frondeurs ont donc décidé de rompre les amarres avec le président de l’Act et entendent battre campagne contre la liste Joyyanti. «Abdoul Mbaye nous a utilisés pour son propre intérêt», se désolent-ils.
bseck@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here