PARTAGER

Le ministre de l’Urbanisme, du logement et de l’hygiène publique, qui était l’invité du «Grand jury» de la Radio futurs médias (Rfm), a déclaré que le démarrage du Train express régional, annoncé pour fin novembre 2019, n’est plus possible. Abdou Karim Fofana espère que d’ici le début de l’année 2020, le Ter fonctionnera.

Le Ter ne démarrera pas ses rotations en fin novembre 2019 comme prévu par les autorités. Invité de l’émission «Grand jury» de la Radio futurs médias (Rfm), le ministre de l’Urbanis­me, du logement et de l’hygiène publique a déclaré que la date butoir du 30 novembre n’est plus possible. «Il faut dire la vérité. Je ne pense pas que le Ter va démarrer ses activités en fin novembre. La date du 30 novembre, ce n’est plus possible. Il faut s’en rendre compte aussi. Quelquefois, on annonce des choses, on a la volonté de le faire et à date échue, ça n’arrive pas. Il faut avoir de la tolérance. Nous ne sommes pas superman. Nous avons des politiques publiques et des projets complexes avec beaucoup de prestataires. Donc si à un moment donné nous n’y arrivons pas, il faut qu’on recule», a dit Abdou Karim Fofana à notre confrère. Avant de préciser : «C’est la première fois qu’on a un projet de cette taille-là. Il est normal qu’on ait de la tolérance. Le plus difficile, c’est de prendre les décisions et d’avoir les financements. Aujourd’hui, trois mois, quatre mois supplémentaires sur le délai de livraison ne change rien au projet. Le plus important, c’est que nous allons sortir les Dakarois de l’usage des transports en commun dans des conditions précaires.» Et espère-t-il que «d’ici le début de l’année, le Ter fonctionnera, car les tests sont en cours, et certains travaux sont en finition».
Le président de la République avait réceptionné le matériel roulant en janvier 2019. A cette occasion, Macky Sall avait annoncé la mise en service du Train express régional en juin. Cette échéance n’étant pas respectée, la date du 30 novembre 2019 a été retenue pour commencer l’exploitation commerciale du Ter. D’ici début 2020, sera-t-il fonctionnel ? L’avenir édifiera.
Sur le désencombrement de Dakar, Abdou Karim Fofana annonce un projet de loi déjà entre les mains du secrétaire général du gouvernement et précise que des sites de recasement seront trouvés pour les commerçants de Sandaga. Le ministre explique : «A un moment donné, il faut savoir mettre en œuvre la responsabilité préventive de l’Etat, savoir organiser l’espace urbain et nous resterons fermes sur ces questions d’occupation de l’espace public. Ce projet de loi est transmis au secrétariat du gouvernement pour ‘’circularisation’’. Et dans quelques semaines, il sera à l’Assemblée nationale pour le défendre. Comme nous privilégions le dialogue, la discussion a été teintée de bonne foi. Nous avons ainsi pris la peine de reculer sur cette question et préparons le recasement. Nous sommes tombés d’accord pour un recasement sur le site qui se trouve derrière la Bhs sur plus de 3 000 m2. Et après tous ces paramètres réglés, nous démolirons le marché.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here