PARTAGER

Les solutions proposées par le politicien Ousmane Sonko dans son dernier ouvrage intitulé Solutions pour un Sénégal nouveau sont anachroniques et inexactes. C’est du moins l’analyse de la directrice du Commerce extérieur, Aminata Assome Diatta.

Les pierres continuent de tomber dans le jardin de Ousmane Sonko. Ce fut hier le tour de la directrice du Commerce extérieur de faire sa critique sur l’ouvrage du politicien Ousmane Sonko. Selon Aminata Assome Diatta, les propositions de l’auteur des Solutions pour un Sénégal nouveau sont «anachroniques et inexactes». «Elles sont toutes dépassées de 30 ans, elles auraient pu servir dans les années 1980, ce n’est plus possible. Avec l’union douanière, l’Omc, le Sénégal n’est plus maitre de son commerce extérieur», a déploré Aminata Assome Daitta, qui ne trouve aucune pertinence dans l’ouvrage qui a défrayé la chronique depuis sa publication. En conférence de presse hier, sur «la politique commerciale du Sénégal à l’épreuve du débat national : Réponses techniques aux solutions de Ousmane Sonko», Mme Diatta a dit sa totale déception après avoir lu l’ancien inspecteur des Impôts et domaines. «Au fil des pages, nous nous sommes rendu compte que l’auteur ne dispose que de connaissances sommaires sur le secteur du commerce et dont certaines sont erronées (cas de l’ouverture de la filière volaille, cas des Ape) et d’autres complètement dépassés depuis 1994 avec l’avènement de l’Omc (cas des droits et de la conception des services)», regrette Mme Diatta.
En listant les maux de l’économie sénégalaise, le président de Pastef les patriotes aurait évoqué un désarmement douanier et une absence de protection de l’économie depuis 2000. D’après Aminata A. Diatta, l’auteur prétend que la filière volaille court un danger et promet à la page 49 de son livre, de procéder à un recours intelligent aux tarifs douaniers et des taux de change élevés et stables pour promouvoir de manière sélective les exportations et protéger certaines productions locales face aux importations sauvages. «Il apparait que M. Sonko s’est fondé sur de simples mesures pour étayer son analyse. Il ignore qu’il y a au Sénégal une politique de régulation et que pour préparer la mise en œuvre des mesures de défense commerciale, des travaux importants sont en cours au département ministériel chargé du commerce», fait-elle savoir.
Concernant les Ape, Mme Diatta se désole que M. Sonko ait fait des analyses et tiré des conclusions sur des questions aussi importantes sans se rapprocher des structures compétentes pour avoir l’information exacte. «L’auteur ne dispose que de connaissances sommaires sur le secteur du commerce extérieur dont certaines sont erronées», fait-elle remarquer.
A propos du secteur des services, la directrice du Commerce extérieur, non moins militante de l’Apr, a du mal à suivre Sonko qui parle de quatre sous-secteurs dans ce domaine qui compte 12 secteurs et 160 sous-secteurs. «Ce qui n’est pas une petite chose. Ousmane Sonko ne sait pas exactement de quoi il s’agit. Il ignore que les secteurs primaire et secondaire ont besoin des services pour se développer et se moderniser. Il a encore en tête la conception économique traditionnelle qui parlait de biens ou de services et non celle moderne qui associe les deux, parlant de biens et services», fait savoir Mme Diatta. Définitivement pour elle, «aucune proposition n’est valable». «Je le mets au défi, j’aimerais bien discuter avec lui, qu’il me présente de façon concrète ses propositions parce que c’est complétement en désaccord avec le contexte actuel, mais quand même ce sont des propositions qui auraient été valables en 1980. Mais là avec l’évolution, ce n’est pas possible, elles sont complètement dépassées», regrette Aminata Asomme Diatta.
Pour elle, c’est un devoir en tant que technicienne d’apporter des éclairages. «Il serait dangereux de laisser, surtout aux jeunes qui sont en formation dans le commerce extérieur, croire que les propos tenus par Ousmane Sonko sont bons alors que c’est complètement faux», explique la technicienne du commerce extérieur.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here