PARTAGER

L’affiche
«C’est une finale inattendue, car personne ne s’attendait à voir l’Egypte et le Cameroun à ce niveau de compétition. On ne les citait même pas  parmi les favoris. Du coup, cela rendra pi­quants les débats entre ces deux équipes. Aussi bien l’Egyp­te que le Cameroun n’auraient ja­mais cru disputer cette finale vu les conditions dans lesquelles ils ont évolué. L’Egypte s’est qualifiée à la Can après en avoir raté trois éditions successives. Alors que  les Lions Indomptables ont dû voir sept éléments clés de leur effectif bouder la Can. C’est donc avec une équipe complètement remaniée que le Cameroun a débarqué à la Can.»

Avantage psychologique
«Pour avoir battu à deux reprises le Cameroun en finale de Can en 1986 et en 2008, l’Egypte dispose d’un avantage psychologique certain sur son adversaire. Mais ce confort psychologique ne fait pas pour autant des Pharaons de potentiels vainqueurs du trophée continental, car les Camerounais ne manqueront pas d’aborder la finale avec l’esprit revanchard pour avoir perdu deux finales de la Can face aux Egyptiens. Je crois donc que chacune des équipes finalistes dispose d’arguments solides pour battre l’autre.»

Qualités des finalistes
«Les Egyptiens se révèlent plus techniques face à une Equipe camerounaise qui s’appuie sur sa solidité. L’Egypte a de solides arguments sur le plan de l’animation du jeu avec à la baguette le talentueux Mouha­med Salah. Le Cameroun a réussi à bâtir une équipe solide avec de jeunes joueurs qui disputent leur première Can. C’est cette force mentale qui caractérise les Lions Indomptables et qui les fait gagner. C’est une équipe très costaude sur le plan mental.»

Style de jeu
«Les Lions Indomptables se révèlent par leur imprévisibilité au cours d’un match qu’ils tirent de l’évolution de leur système tactique qui souvent passe d’un 4-4-2 en 4-3-3. A l’inverse de leur adversaire qui est figé dans un 3-5-2. Ce qui augure d’un bon duel tactique entre les deux entraîneurs expérimentés Hec­tor Cuper de l’Egypte et Hugo Broos du Cameroun.»
ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here