PARTAGER

Le Sénégal passe une autre étape dans sa lutte contre le coronavirus. Le chef de l’Etat a décrété l’Etat d’urgence et le couvre-feu pour limiter les dégâts au plus vite. Mais aussi avec l’implication de l’opposition pour faire front dans ces circonstances.

15 minutes pour convaincre les plus réticents. Sur un ton grave, le chef de l’Etat a insisté sur la gravité de l’heure et de la maladie. C’est un chef de l’Etat dans l’urgence qui veut être écouté. Entendu. Et au plus vite pour stopper «la vitesse de progression de la maladie». Au point même d’oublier de dire «Bonsoir» aux Sénégalais et hôtes vivant parmi nous. La propagation du coronavirus exige cette solennité du discours qui, sans doute, ne sera pas loin de celui du 3 avril prochain, veille du 60ème anniversaire de notre indépendance. S’il n’a pas prononcé, comme d’autres Prési­dents avant lui, le mot «guerre», le lexique militaire est bien présent dans son adresse : «En­nemi», «Etat d’urgence», «Couvre-feu», «Forces de défense et de sécurité»… Et cette fois-ci, le chef de l’Etat a décidé d’aller plus loin puisque, même s’il ne l’a pas spécifié, la «fermeture provisoire des lieux publics et lieux de réunion» et l’interdiction de «réunions publiques ou privées, de quelque nature qu’elles soient, susceptibles de provoquer ou d’entretenir le désordre», n’excluent pas les prières du vendredi ou quotidiennes dans les mosquées.

La partition de l’opposition
C’est aussi dans une dynamique d’union nationale de toutes les forces pour arrêter le Covid-19 que Macky Sall reçoit l’opposition parlementaire aujourd’hui. Idrissa Seck et Malick Gakou ont confirmé leur présence au Palais dans des messages qu’ils ont adressés à leurs militants. Voilà un pan du dialogue national et politique qui se poursuit. Et dans ces circonstances, un Abdoul Mbaye ne peut qu’en prendre ACT. Dans ces circonstances, le président de l’APR fait tout pour avoir une Alliance pour la République, pour que tous BENNO BOKK YAAKAAR. Khalifa Sall et ses hommes ont l’occasion pour TAXAWU SENEGAL, tout comme Ousmane Son­ko et ses patriotes doivent y mettre plus de PASTEF. Le Parti socialiste peut contribuer avec sa SOLIDARITE et Moustapha Niasse devrait nous rappeler qu’il est bon de garder l’ESPOIR. Idrissa Seck a l’occasion de servir encore l’autre REWMI. N’ou­blions pas que Abdoulaye Wade et ses Libéraux peuvent nous aider à un SOPI des comportements, et avec quelqu’un comme Mamadou Lamine Diallo, s’il y a un MANKO WATTU SENEGAL, nous pouvons entrevoir un TEKKI. Et Malick Gakou est prêt à concéder que le seul GRAND PARTI aujourd’hui, c’est le Sénégal. Cette union sacrée est aussi une urgence.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here