PARTAGER

L’Union nationale des indépendants du Sénégal (Unis) maintient le flou sur sa participation ou non aux élections législatives. En conférence de presse jeudi, son coordonnateur a déclaré : «Nous sommes en train de voir comment y participer avec un certain nombre d’autres acteurs indépendants (…). Notre objectif premier, ce n’est pas tant la participation de l’Unis, mais qu’il y ait assez d’indépendants qui participent.» Amadou Guèye n’exclut pas, cependant, d’aller en coalition avec d’autres indépendants de la société civile ou sa propre bannière. Pour l’heure, lui et ses camarades sont «en train de réfléchir» sur la formule à adopter.
L’Unis dénonce, en tout cas, les discussions qui ont eu lieu entre les pôles de la majorité, de l’opposition et des non-alignés lors de la revue du Code électoral sans la participation des indépendants aux débats. «Les indépendants ont été exclus de ces négociations, malgré leurs efforts pour y participer de manière responsable. Le résultat démontre que cela n’était pas fortuit, mais une volonté nette de poser des contraintes pour les éliminer», note M. Guèye. Il a également déploré la disposition contraignante qui stipule que «les indépendants, pour se présenter, doivent recueillir un certain nombre de signatures, 0,05% du total du fichier électoral». Or, explique-t-il, «le gouvernement, l’administration, le ministère de l’Intérieur n’ont aucune maîtrise aujourd’hui sur la taille de ce fichier électoral». Face à ces «dispositions attentatoires à l’égalité des chances», l’Unis se réserve l’opportunité d’attaquer le nouveau Code électoral devant la justice.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here