PARTAGER

L’Urd applaudit la rencontre entre le président de la République et l’opposition. Une démarche qui promeut une démocratie «apaisée», selon Djibo Kâ et ses camarades.

L’Union pour le renouveau démocratique (Urd) approuve la démarche du chef de l’Etat qui a reçu l’opposition regroupée autour de Mankoo wattu senegaal et «félicite le Président Macky Sall pour l’avoir toujours suivie, en particulier depuis le dialogue national du 28 mai 201». Car, pour Djibo Kâ et ses camarades, «le présent et l’avenir du pays ne sont pas dans la violence, même verbale, mais dans une démocratie apaisée». Membre de la coalition Jappo ligueyal sunu reew dont il est le coordonnateur, Djibo Kâ, selon le communiqué, encourage ses alliés à «œuvrer pour l’élargissement, le renforcement, pour, au bout, la victoire de la majorité», notamment à «apporter une contribution, la plus forte possible, aux victoires politiques auxquelles travaillent tous les compagnons du président de la République».
Parmi les points de discussion que l’opposition avait soumis au Président Sall, il y a les difficultés notées dans les opérations d’inscription sur les listes électorales. Sur ce point, les rénovateurs relèvent également des «lenteurs dans le processus» d’obtention de la carte d’identité biométrique et d’électeur, même s’ils «salu(ent) l’initiative et les actions du ministère de l’Inté­rieur visant à augmenter largement le nombre de commissions d’établissement des cartes». En ce sens, elle souhaite que tout cela se fasse «le plus rapidement possible» pour qu’à la date de clôture officielle du programme de gratuité des documents, tous les Sénégalais désireux de s’inscrire sur les listes électorales le soient effectivement.
Par ailleurs, la série de meurtres dans le pays inquiète l’Urd qui constate une «tendance au développement de la justice privée au mépris de la vie et du droit». C’est pourquoi, elle invite le Gouvernement à prendre «toutes les dispositions pour que ne perdure pas cette conception des rapports sociaux et que force reste à la loi». Avant de rappeler : «Le premier devoir de l’Etat est de sécuriser les citoyens et leurs biens et qu’à cet égard, il ne doit reculer devant aucune force pour y parvenir. Cette exigence fonde en elle-même la fonction régalienne et légitime son monopole de la violence pour le règne de la paix civile et de la sécurité.» Si l’Urd se réjouit des «résultats appréciables» des services de sécurité, elle les encourage tout de même à «redoubler de vigilance afin que soit circonscrite et éradiquée cette violence qui est en voie d’être endémique».

hamath@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here