PARTAGER

Officieusement, le combat Bombardier-Eumeu Sène est prévu le 4 avril prochain, jour de l’Indépendance. Mais officiellement, rien n’est encore fait du côté du promoteur, Assane Ndiaye, qui tarde à régulariser l’affiche auprès du Cng. Suffisant pour que le camp de Mbour affiche ses inquiétudes.

Bombardier et Eumeu Sène entrevoyaient le bout du tunnel après la promesse faite par Assane Ndiaye d’officialiser leur combat. Mais les deux lutteurs, qui se croisent prochainement, sont encore loin d’être fixés sur la date officielle de leur combat, même si le promoteur, Assane Ndiaye, envisage de l’organiser le 4 avril prochain. S’il avait promis de se rendre cette semaine au Cng pour se plier à cette exigence, le jeune promoteur est revenu sur sa décision en renvoyant encore une fois la date de son officialisation.
 
Assane Ndiaye : «Je ne veux pas noyer le combat Zarco-Modou Anta»
Assane Ndiaye avait fait savoir dans un premier temps attendre la garantie de certains partenaires pour pouvoir régulariser l’affiche auprès du Cng. Mais cette fois l’argument avancé par le promoteur est que l’officialisation de ce combat se fera une fois que Zarco et Modou Anta finiront de se mesurer. Leur con­frontation étant prévue le 12 mars prochain.
En clair, Bombardier et Eu­meu Sène attendront après le 12 mars pour être officiellement informés par rapport à la date de leur explication. «Je ne veux noyer le combat du 12 mars», argumente le promoteur.

Pape Dia : «Ça perturbe notre plan de préparation»
En tout cas, cet énième report inquiète le camp de Bombardier qui par l‘intermédiaire de son frère et agent, Pape Dia, l’a fait savoir au téléphone. «Comment faire la promotion d’un combat à l’intervalle de 19 jours (12 mars-4 avril) si on sait qu’il y a des face à face à faire. Je n’ai jamais vécu cela ! Tant qu’on n’a pas officialisé un combat, on n’a pas le droit de faire sa promotion. Et ce court délai ne nous arrange pas outre mesure», s’offusque le frère de Bom­bardier. Qui poursuit : «Le fait qu’on ne soit pas fixés sur la date du combat perturbe notre plan de préparation. Notre lutteur ne pourra même pas voyager. Ça pose problème», s’est lamenté Pape Dia par rapport un combat ficelé de­puis… septembre 2016. Soit cinq mois que dure ce flou sans que les acteurs soient fixés sur une date officielle.
Le camp de Eumeu Sène n’a pas voulu émettre un commentaire sur la question.
ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here