PARTAGER

L’un le considère comme un «fils» et l’autre comme un «père». Normal donc que certains agitent l’idée d’une médiation entre Gris Bordeaux et Gaston Mbengue. Une manière de maintenir le choc de la clarification entre le «Lion de Guédiawaye» et le «3e Tigre de Fass», souhaité par tous les amateurs.

Leur première confrontation avait laissé le monde de la lutte sur sa faim. En effet, après une confrontation tenace, l’affiche Balla Gaye 2-Gris Bordeaux n’a pas enregistré de chute ce samedi 31 mars 2018, au stade Léopold Sédar Senghor. Mais il y a bien eu un vainqueur «aux points», en la personne du fils de Double Less qui s’est imposé sur décision arbitrale, sur la base des avertissements reçus.

Un combat de la clarification… à clarifier
La déception était alors grande chez les férus de lutte-spectacle et qui ont toujours souhaité un «combat de la clarification». Finalement, ils ont été servis par Gaston Mbengue qui a réussi à décrocher ce remake tant attendu.
Mais au grand dam des amateurs, les choses se sont gâtées la semaine dernière avec la brouille née d’un problème de cachet entre le Don King et le 3e Tigre de Fass. Un malheureux différend ayant même fait les choux gras de la presse, avec des échanges assez houleux entre le «père» et le «fils». Le Fassois ayant même confirmé hier – sur sa page Facebook repris par Sunu Lamb – son intention de ne plus lutter pour le compte du promoteur lougatois.
«Je tiens à rassurer mes supporters et le monde de la lutte que je suis plus que jamais dans les dispositions de lutter. Mais je ne vais pas lutter pour le compte de Gaston Mbengue. Malheu­reusement, il n’a pas tenu ses engagements et la parole fait l’homme», a martelé Gris Bordeaux. Qui tient malgré tout à ce que son remake contre Balla Gaye 2 ait lieu. «En tant que professionnel, il est de mon devoir de prendre toutes les dispositions nécessaires pour ce combat. Je suis persuadé que ce combat, qui est celui de la clarification, est capital pour moi. Il pourrait relancer notre sport», déclare le chef de file de Fass.

Mamadou Aly Ndiaye plaide pour une médiation
Justement et pour l’intérêt de la lutte, dixit le Fassois, certains, comme l’ancien karatéka Mamadou Aly Ndiaye, pensent que ce combat de la clarification est toujours possible. Dans un entretien ce lundi avec Lutte Tv, repris par Wiwsport, le champion du monde (+80 kg) en 2000, en Allemagne, appelle à une médiation, car estimant que les amateurs ne devraient pas être sevrés d’un tel choc. Et pour y arriver, il pense que le «Tigre de Fass», Moustapha Guèye, au regard de sa proximité avec Gaston et Gris, ferait un bon médiateur. «On a eu des problèmes plus compliqués qui ont quand même trouvé des solutions. Et on sait que Gaston dit souvent que Gris c’est son fils et ce dernier le lui rend bien en le considérant comme son père. Les malentendus, ça existe partout. Mais je sais qu’il y a de la place pour que les deux se retrouvent et pour le grand bonheur des amateurs», prie-t-il.
Même Balla Gaye 2, malgré cette brouille, est toujours dans une logique de disputer ce combat. Une attitude réaliste si on sait que si cette affiche tombe à l’eau, il sera l’un des grands perdants, car ayant un «contrat moral» avec l’ami de son mentor Aziz Ndiaye.
A défaut de lutter entre eux, les deux protagonistes seront en effet confrontés à un problème d’adversaires et aussi de promoteurs dans ce contexte de pandémie et avec toutes les incertitudes qui entourent la nouvelle saison de lutte.
hdiandy@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here