PARTAGER

Révélé par Gris Bordeaux, lors de l’émission Bantamba sur la 2Stv, Boy Kaïré confirme avoir été contraint d’acheter une licence pour organiser son jubilé comme un promoteur. Et cela, au même titre que l’ancien lutteur, Balla Bèye 2. Une démarche que l‘ancien lutteur de Soumbédioune juge anormale.

Il n’a pas encore fini de ressasser sa colère sur les coupes excessives effectuées sur le reliquat des lutteurs en guise de sanctions financières, Boy Kaïré est encore monté au créneau pour dénoncer «le mauvais traitement» dont il a eu droit de la part du Comité de gestion de la lutte (Cng), en organisant son jubilé. L’ancien lutteur s‘offusque du fait que «l’instance de la lutte ne l’a pas accompagné pour organiser l’événement». Boy Kaïré estime avoir «été contraint de se payer une licence comme un promoteur, alors que c’est en tant que lutteur qu’il tenait à organiser son jubilé pour clôturer sa riche carrière de lutteur». Soulignant que c’est en «présence de Tapha Guèye qu’il a payé une licence à 100 mille francs Cfa qui lui donne le droit d’organiser des combats en lutte simple afin d’agrémenter son jubilé», Boy Kaïré n’a pas manqué de dénoncer la démarche du Cng. «Ce n’est pas juste qu’on nous exige une licence à payer lorsqu’on veut organiser son jubilé», a confié l’ancien lutteur, hier au bout du fil.
L’autre ancien lutteur, qui a fait les frais de cette exigence financière de la part du Cng, n’est autre que Balla Bèye 2 qui célébrait son jubilé mardi au stadium Iba Mar Diop. L’Ouragan de Pikine a dû débourser 300 mille francs Cfa pour avoir le droit d’organiser des combats de lutte avec frappe lors de son jubilé, informe le père de Diène Kaïré. «Baboye et moi sont des icônes de la lutte. Le Cng devait nous accompagner à orga­niser nos jubilés, à l’image d’un retraité à qui l’on offre un pot le jour de son départ à la retraite. On n’a rien reçu du Cng. L’instance en charge de la lutte a fait trop de mal aux lutteurs. Cela prouve que qu’il y a que l’argent des lutteurs qui intéresse cette structure», déplore l’ancien lutteur.

La conférence de presse reportée à la semaine prochaine
Promettant de se rendre avec des «brassards rouges» au «Sargal» que l’écurie Fass organisé pour Gris Bordeaux, samedi, Boy Kaïré espère que ce sera l’occasion d’exiger, une fois de plus, le départ du Cng. Une manière, selon le «néo-retraité», «de mettre fin aux coupes excessives appliquées sur le reliquat des lutteurs en guise de sanction».
Dans la même lancée, l’ancien champion de l’écurie Soumbé­dioune annonce une rencontre avec le ministre des Sports, Matar Bâ, au courant de la semaine. Une rencontre au cours de laquelle, il sera question d’évoquer les maux dont souffrent les lutteurs. Quant à la conférence de presse qui était prévue demain, Boy Kaïré informe qu’elle a été reportée à une date ultérieure. «Nous attendons le retour de la France de Yékini. Il y a aussi Balla Gaye 2 qui organise sa caravane de la paix pour tenir cette conférence de presse vendredi prochain», souligne-t-il.
ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here