PARTAGER

Il veut s’inscrire dans la continuité du travail entamé par son prédécesseur à la tête des limiers. Ousmane Sy, installé hier à la direction générale de la Police nationale, veut améliorer les relations entre l’institution et la population, assurer la densification du maillage sécuritaire tout en prenant en compte le contexte géopolitique et le développement des Tic.

Installé hier à la tête de la Police nationale, Ousmane Sy veut s’inscrire dans la continuité avec la mise en place de systèmes novateurs. Conscient de l’ampleur des défis à relever, le nouveau Dgpn soutient qu’il faut «un engagement sans faille et la mise en œuvre de solutions adéquates, pérennes et adaptées au contexte géopolitique qui évolue de jour en jour». Déclinant sa feuille route, M. Sy a fait savoir que son action reposera essentiellement «sur l’amélioration des rapports police-population, la densification du maillage sécuritaire, le renforcement de l’efficacité opérationnelle, la lutte contre la criminalité, le réarmement moral du personnel». Concernant la relation entre la police et la population, le Dgpn informe que les récriminations des citoyens ayant été entendues, elle «feront l’objet d’une prise en charge dans toutes ses dimensions». Il s’agira, d’après lui, de les impliquer davantage à la gestion de la sécurité. «Avec moi et tous ensemble, nous nous évertuerons à mettre en place des mécanismes susceptibles d’associer les populations à la gestion de leur propre sécurité», a-t-il dit. Il a également promis la réévaluation et le repositionnement de la police de proximité dans le dispositif national de sécurité publique. Dans cette dynamique, M. Sy veut que sous son magistère «l’accueil du public dans les services de la police et le traitement des dossiers des citoyens soient fortement améliorés». Pour atteindre cet objectif, il est prévu de mettre «l’accent sur la formation des différents personnels en contact direct avec les populations et la mise en place des mécanismes d’accueil et d’orientation en mesure de créer les conditions d’une relation basée sur la confiance réciproque et la collaboration». Dans cette dynamique, il promet «le réajustement stratégique de la méthode policière dans le cadre de relations apaisées avec les acteurs sociaux». «Je fais le serment de veiller personnellement à l’instauration d’un climat de confiance entre la population et la police d’une part, et entre notre corporation et la presse», a-t-il déclaré.
Parlant du programme pour le renforcement de la sécurité, le chef de la Police nationale a promis de corriger le maillage national incomplet. Ainsi, «la présence policière sera davantage renforcée par l’ouverture de nouveaux services de police dans tous les chefs-lieux de département et agglomérations importantes, particulièrement au niveau des frontières».
Pour plus d’efficacité, le nouveau Dgpn soutient qu’il faut une «appropriation des outils scientifiques et techniques et l’amélioration de la mobilité». Dans ce cadre, il indique que «les efforts seront poursuivis par l’équipement de dernière génération et la capacitation des personnels en connaissances et techniques spécifiques». Concernant la cybercriminalité, «la police va mettre l’accent sur la prévention des menaces cybernétiques et la répression des infractions commises aux moyens des technologies de l’information et de la communication dans le but d’accompagner la société vers un cyberespace sécurisé et pacifié». M. Ousmane Sy veut ainsi que les dérives notées sur les réseaux sociaux soient largement combattues.
Le ministre de l’Intérieur, qui a loué les qualités managériales et le parcours du Dgpn, l’a appelé à mettre l’accent sur la formation de ses hommes. Aly Ngouille Ndiaye souhaite que le culte de l’excellence leur soit davantage inculqué en les appelant à éviter «de faire preuve de zèle inutile dans leurs actions tout en restant ferme dans le respect des institutions de la République, de la paix publique et de la quiétude des populations». De même, il l’engage à achever «les chantiers de la réforme de la police afin de la rendre plus attractive». Par ailleurs, le ministre de l’Intérieur a réitéré l’engagement du gouvernement à mettre à la disposition de cette institution les moyens matériels nécessaires pour remplir sa mission. D’après lui, «le renforcement des moyens de la Police nationale ira crescendo, notamment avec le Plan stratégique de lutte contre la délinquance et avec l’assistance de la Coopération européenne avec un financement de 5 milliards de F Cfa».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here