PARTAGER

La protection de l’enfance préoccupe plus d’un. Différents organismes se distinguent dans la lutte contre la maltraitance de cette couche vulnérable. Ainsi, Sos village d’enfants a battu hier le macadam.

La maltraitance des enfants est un fléau qu’on essaie d’endiguer sans succès, malgré la multiplication des mesures. L’antenne de Sos village d’enfants de Kolda est descendue dans la rue pour sensibiliser les populations, surtout les parents, face à ce fléau qui compromet l’avenir des enfants. Il s’agit, entre autres, des mariages et grossesses précoces, du travail des enfants et d’autres formes d’exploitation de cette frange vulnérable de la population. Bien sûr, cette vulnérabilité des enfants impose une mutualisation des efforts de protection et de défense de ces futurs adultes. C’est pourquoi la marche qui a réuni beaucoup d’enfants a vu la participation des différents segments de la protection de l’enfance. Les défenseurs des mômes (du centre Ado au Caosp en passant par l’inspection médicale des écoles) ont entonné l’hymne de leur protection dans les rues de la capitale du Fouladou.
Cette marche a coïncidé avec la célébration des 40 ans d’existence de Sos, qui a déroulé à Kolda ses activités qui soulagent ces enfants dans leur vie, tout en plaidant pour leur protection renforcée par des mesures coercitives face aux contrevenants. Les autorités de Sos, dans leur ensemble, n’ont pas manqué de mettre l’accent sur la responsabilité de l’Etat pour un Sénégal sans enfant  maltraité ou exploité contre sa raison. La mairie de Kolda a joué sa partition à travers le 2e adjoint au maire qui a appelé les uns et les autres à travailler en synergie pour créer des conditions d’un bon épanouissement des enfants. Bamol Baldé soutient : «L‘avenir de ce pays appartient à ces enfants, donc assurons leur protection en éliminant tous leurs maux.»
elcoly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here