PARTAGER

Les Services de pêche ont fait une descente fructueuse dans un site clandestin de transformation de poisson. Plus de 150 tonnes de juvéniles, déjà ensachés et prêts à être acheminés, ont été saisies. La procédure est ouverte en attendant les sanctions qui ne vont pas tarder, ont fait savoir les autorités compétentes.

Plus de 150 tonnes de sardinelles et autres espèces séchées, toutes de très petite taille, ont été saisies mercredi aux alentours du Cap des Biches par le Service de pêche. «Sur place, nous avons découvert du poisson séché de très petite taille, non conforme à la réglementation. Ce sont des quantités importantes variant entre 150 et 200 tonnes déjà emballées», a expliqué Abdoul Aziz Guèye, inspecteur régional de la pêche, faisant l’inventaire de la saisie qui a fait suite à «une filature d’un mois pour repérer ce site clandestin». Le régional n’a cependant pas précisé la valeur de cette importante saisie. «Là, c’est juste la saisie, nous allons évaluer après pour voir», a-t-il laissé entendre. Pour autant, a-t-il prévenu d’éventuelles sanctions à ces contrevenants. «Des sanctions ne vont pas manquer, la procédure va être appliquée», a-t-il assuré.
Pour lutter contre cette forme de pêche, les services ont déployé de nombreux efforts. Ce qui ne décourage outre mesure les pêcheurs et les femmes transformatrices. «Il y a des mesures en amont qui se font en mer et d’autres en aval comme cette opération que nous avons faite sur ce site», a encore assuré M. Guèye.
Pour les sardinelles, la taille minimale est de 18 cm de long, alors que la saisie du jour est composée de poissons ne dépassant pas 10 cm. Pour le départemental des pêches de Pikine, des étrangers sont derrière cette activité illicite. «Il faut savoir que ces sardinelles immatures ne sont pas consommées au Sénégal. Ce sont des étrangers qui les achètent pour les exporter chez eux allant jusqu’à proposer des préfinancements aux pêcheurs et aux femmes transformatrices», a déploré Ibra Mbaye, estimant «qu’aucune raison ne peut justifier cette forme de pêche inacceptable».
abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here