PARTAGER

«Mbas corona» est le nouveau slogan d’Emad et Plan international qui ont distribué hier des kits sanitaires dans 20 quartiers de Dakar Plateau et de la Médina.

L’Entente des mouvements et associations de développement (Emad) ne se lasse pas pour freiner la propagation du coronavirus. Malgré le relâchement général des Sénégalais dans l’observance des gestes barrières contre le Covid-19, l’Ong, en partenariat avec Plan international, poursuit la sensibilisation contre cette pandémie qui prend vertigineusement des proportions inquiétantes au Sénégal. Hier, 20 quartiers de Dakar-Plateau et de la Médina ont reçu des lots de kits sanitaires dans le cadre du projet And-Aar-Aaru lancé le 15 mai au Monument de la Renaissance par le Grand Serigne de Dakar, Abdoulaye Makhtar Diop, l’édile de Dakar, Soham El Wardini, et le député Moustapha Guirassy.
Deux mois plus tard, le représentant régional de Plan international est conscient des défis pour vaincre la pandémie. «En venant ici, durant le trajet, je me suis posé la question de savoir ce qui a été recommandé : le port ou non du masque. J’ai vu sur la route tellement de personnes ne pas porter de masque ! Les gens doivent savoir que le port du masque est le geste barrière numéro un. Cela ne veut pas dire que le lavage régulier des mains avec du savon, le respect de la distanciation physique ne sont pas importants ; ils sont essentiels», a déclaré Bell Aude Houinato. Une situation qui rappelle que la guerre contre le virus est loin d’être gagnée. «Le travail continue. Il nous faut l’opération Mbas corona. Il s’agit de terrasser son adversaire sans le toucher. Nous voulons vaincre cet ennemi sans le toucher», ambitionne Abdou Khadre Gaye, président de l’Emad.
Pour réaliser cet objectif, l’Emad a mis le focus sur les jeunes, filles, imams, mouvements associatifs, chefs coutumiers, notables, sportifs… Bref, 600 relais communautaires ont été formés durant ce projet qui vise la distribution de kits sanitaires à 4500 ménages de 60 quartiers de Dakar. Au-delà du combat sanitaire, And-Aar-Aaru financé à hauteur de 43 millions de francs Cfa par Plan international, vise également la résilience économique. «L’Etat du Sénégal a mis en place une réponse économique via le ministère de l’Economie. Le chef de l’Etat a mis sur la table 200 milliards pour le financement des entreprises, acteurs économiques, groupements de femmes, artisans, cordonniers etc. Avec Emad et Plan international, on est en train de réfléchir sur le terrain sur comment sensibiliser ou faire passer l’information pour que les acteurs économiques puissent venir et bénéficier de ces fonds», a expliqué Amadou Diallo, directeur des opérations et des engagements du Fongip.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here