PARTAGER

Les chefs d’Etat des pays membres du G5 Sahel militent pour le maintien des troupes françaises dans la région. Ils l’ont réaffirmé hier lors du sommet de Pau, en France, auquel ils ont été conviés par le Président français. Cette «convocation» lancée par Emmanuel Macron fait suite aux pertes subies par la Force Barkhane l’année dernière au Sahel. «Les chefs d’Etat du G5 Sahel ont exprimé le souhait de la poursuite de l’engagement militaire de la France au Sahel et plaidé pour un renforcement de la présence internationale à leurs côtés. Ils ont exprimé leur reconnaissance à l’égard de l’appui crucial apporté par les Etats-Unis et le souhait de sa continuité», indique-t-on dans une déclaration. Cette posture était attendue par Paris, à la suite des appels persistants qui réclament un départ de ses soldats.
Plusieurs décisions majeures et résolutions fermes ont été prises hier. Entre autres, les chefs d’Etat réaffirment que «cette action commune vise à protéger les populations civiles, à défendre la souveraineté des Etats du G5 Sahel (conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations unies et aux accords bilatéraux en vigueur), à prévenir une extension de la menace terroriste dans les pays frontaliers et à ramener la stabilité, condition indispensable du développement». Les dirigeants ont aussi décidé de la mise en place de la «Coalition pour le Sahel». Celle-ci sera «un nouveau cadre politique, stratégique et opérationnel qui marquera une nouvelle étape dans la lutte contre les groupes terroristes au Sahel et dans la prise de responsabilité collective». La «Coalition pour le Sahel» va rassembler les pays du G5 Sahel, la France – à travers l’opération Barkhane et ses autres formes d’engagements, les partenaires déjà engagés, ainsi que tous les pays et organisations qui voudront y contribuer. Ce cadre sera organisé autour de quatre piliers rassemblant les efforts engagés dans les domaines suivants :
Les acteurs de la rencontre de Pau ont convenu de la tenue d’un nouveau sommet qui va associer les Etats du G5 Sahel et la France en juin 2020 à Nouakchott. Un conclave qui sera l’occasion pour faire le point sur la stratégie annoncée. En attendant, le Président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré estime : «Il nous faut des résultats probants et rapides. Nous jouons tous la crédibilité de chacun de nos pays et de la coalition.»
Pour rappel, la rencontre de Pau s’est tenue au lendemain de l’annonce des pertes lourdes de l’Armée nigérienne jeudi dernier, qui a vu 89 de ses soldats périr dans une attaque djihadiste perpétrée dans le camp de Chinagoder, près du Mali.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here