PARTAGER

Les marabouts doivent s’impliquer davantage dans la lutte contre le terrorisme en montrant le droit chemin aux citoyens. C’est l’appel lancé, samedi, par le général à la retraite, Mamadou Mansour Seck. Il animait une conférence à l’Endss sur sécurité et développement à l’initiative de la Cds.

Que faire pour limiter les menaces terroristes ? Il faut une véritable bataille qui dépasse les Armées et qui implique toutes les forces vives à l’image des marabouts, qui ont un grand rôle à jouer. Ces derniers doivent en effet, dire quelle est la vraie religion ? Quelle est la réalité ? C’est le sentiment de l’ancien chef d’Etat-major général des armées, le général à la retraite, Mamadou Mansour Seck. Il intervenait samedi, à l’Ecole nationale de développement sanitaire et social (Endss) sur la «Sécurité et développement». «Cette guerre ne concerne pas seulement les forces de défense et de sécurité. Il est bon que dans l’interprétation du Coran et de ses pratiques que les connaisseurs réels puissent dire la vérité que le Président a appelé le côté dogmatique. Ces gens-là ont leur interprétation de la religion. Ils tuent des gens pendant le mois de ramadan», a exprimé l’ex-Cemga. La notion de renseignement, dit-il, est devenue fondamentale dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent. C’est pourquoi, il a exhorté «les populations à beaucoup plus de collaboration avec les forces de défense et de sécurité en dénonçant toute personne suspecte». Car, pour lui, la surprise est devenue l’arme principale des terroristes, qui massacrent des villages entiers en déboulant de nulle part.
Autrement dit, les groupes terroristes frappent toujours dans des moments et lieux où personne ne s’y attendait. Et pour le cas des jeunes radicalisés, le général Seck pense qu’il ne faut pas s’arrêter seulement à les mettre en prison. Mais suggère-t-il, il faut essayer de connaitre leur environnement social. Il a aussi rappelé que cette guerre n’est jamais gagnée à l’avance. Raison pour laquelle, il estime que les forces de défense et de sécurité doivent s’adapter en particulier en donnant la priorité aux forces spéciales telles que le Groupement d’intervention de la gendarmerie nationale (Gign). Cependant, le général a souligné aussi l’indiscipline qui règne dans le pays, qui est selon lui, notre premier ennemi. Expert en sécurité, Jean Léopold Guèye, lui pense que cette bataille doit reposer sur l’anticipation, l’analyse, l’action et l’alerte. Il faut aussi faire face à l’indiscipline, au désordre, à l’anarchie et trouver des moyens à la faiblesse des effectifs, l’insuffisance des moyens, la régression de l’autorité des forces de défense et de sécurité. Pour lui, la floraison des agences de sécurité privée, les licenciements abusifs dans le secteur peuvent détruire le pays. Il préconise le renforcement de l’arsenal juridique avec des peines dissuasives. Pour le coordonnateur de la Confé­dération pour la démocratie et le socialisme (Cds), cette rencontre a été organisée pour sensibiliser les populations sur les questions de sécurité. Et pour Pr Pape Demba Sy, le général à la retraite Mamadou Mansour Seck a été choisi pour son expérience, son expertise, son engagement pour la cause africaine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here