PARTAGER

En visite hier au Port autonome de Dakar, le Chef d’Etat-major de la Marine nationale, le contre-amiral Momar Diagne a invité Cheikh Kan­té à un échange d’information et de personnel pour mieux lutter contre le terrorisme.

Par Mbayang Sarr FAYE

La Marine nationale est préoccupée par les menaces terroristes. Le chef d’Etat-major de la Marine nationale, le contre-amiral Momar Diagne, en visite de courtoisie et d’amitié hier à la direction du Port autonome de Dakar pour voir les installations portuaires, a invité Cheikh Kanté à une synergie de leur dispositif sécuritaire pour renforcer les mesures de sécurité contre le terrorisme. Il est convaincu que malgré le fait que la Marine nationale dispose des outils adéquats pour assurer la sécurité et veiller à la sûreté, «personne n’est à l’abri d’une panne ou d’un sabotage, ou même d’un attaque terroriste». «On peut être atteint de l’intérieur, on voit ce qui se passe au niveau du terrorisme, les pays sont atteints de l’intérieur», a-t-il souligné.
En effet, au cours de la visite, après avoir eu connaissance des projets d’envergure de la direction du port qui porte notamment sur la construction de quais et de terminaux modernes et l’élection prochaine des terminaux fruitier et céréalier entre autres, l’attention du contre-amiral de la marine a été attiré par  le centre de gestion opérationnelle et la salle de gestion de crise qui veille à la sécurité du port et de la gare maritime de Dakar, au vu de leurs outils techniques (27 caméras et des opérateurs de vidéo surveillance).
Par ailleurs, Momar Diagne a invité le directeur général du port à un échange de personnels, de matériels et d’informations pour rendre interopérables leurs deux structures. Il explique : «Le Cop est similaire à notre centre de coordination des opérations et il peut servir de relais au cas où le notre n’est pas fonctionnel. Je pense qu’on devrait en faire une exploitation plus large, que régulièrement ou tous les jours la marine nationale désigne des officiers de garde chez vous pour en connaitre le système et que vous fassiez l’inverse», a-t-il proposé au Dg du port en soulignant que quelques fois même ses éléments pourront se déporter au port pour travailler sur la sécurité maritime. Pour Cheikh Kanté, c’est déjà fait puisqu’ils ont «un colonel de la marine qui est présent chez nous chaque lundi matin lors de l’exercice de coordination des questions de sécurité». Et d’ajouter : «Donc, il faudrait qu’on élargisse le périmètre de coopération surtout pour les apprentissages». La salle de crise et celle opérationnelle permettent, selon le capitaine Ousmane Diallo, patron du centre opérationnel polyvalent, à signaler des crises et à surveiller toutes  les opérations qui se passent à la Gare maritime à partir du port grâce au Gps dont les données sont cryptées. «Nous sommes capables de surveiller tout ce qui se passe à la gare, de positionner tous nos appareils pour exploiter les crises qui n’ont rien à voir avec la salle de gestion qui dispose de tous les moyens de communications avec les 50 Uhs disponibles», a-t-il rassuré.
msfaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here