PARTAGER

Pour lutter contre le virus Ebola, l’Organisation mondiale de la santé avait initié depuis 2015 des essais avec le vaccin Rvsv-Zebov. Les résultats finaux des essais confirment la bonne protection apportée par le vaccin anti-Ebola.

Le virus Ebola a connu des flambées sporadiques en Afrique l’année dernière. Elle a causé la mort de plus de 11 300 personnes entre 2013 et 2016 en Afrique de l’Ouest, ce qui a fait ressortir la nécessité d’un vaccin. Dans ce sens, l’Organisation mondiale de la santé (Oms) a dirigé un essai, conjointement avec le ministère guinéen de la Santé, Médecins sans frontières et l’Institut norvégien de santé publique, en collaboration avec d’autres partenaires internationaux. Ainsi, le vaccin, appelé Rvsv-Zebov, est le premier à prévenir l’infection par l’un des agents pathogènes et ces résultats ajoutent du poids aux résultats publiés plus précocement en 2015, renseigne un communiqué. Et d’après les résultats publiés hier dans The Lancet, un vaccin anti-Ebola expérimental s’est révélé hautement protecteur contre ce virus mortel, dans le cadre de l’essai majeur réalisé en Guinée.
Le Rvsv-Zebov, informe-t-on, a été étudié dans le cadre d’un essai portant sur 11 841 personnes en Guinée, pendant l’année 2015. Parmi les 5 837 sujets ayant reçu le vaccin, aucun cas d’Ebola n’a été enregistré 10 jours ou plus après la vaccination. En comparaison, on a relevé 23 cas 10 jours ou plus après la vaccination chez les personnes n’ayant pas reçu ce vaccin. Ce qui va permettre, selon Dr Marie-Paule Kieny, Sous-directeur général de l’Oms pour les systèmes de santé et l’innovation et principale responsable de l’étude, de faire face à la prochaine flambée de la maladie.
L’essai en question, qui a permis de dénicher un remède protecteur contre l’Ebola, s’est déroulé dans la région côtière de la Basse-Guinée et fait appel à une démarche vaccinale dite «en cercle». C’est-à-dire, chaque fois qu’un nouveau cas d’Ebola était diagnostiqué, l’équipe de recherche, composée des experts appartenant, entre autre, à l’Université de Berne et aux laboratoires mobiles européens,  retrouvait toutes les personnes ayant été en contact avec ce cas au cours des 3 semaines précédentes, et notamment les personnes vivant dans le même foyer, ont identifié 80 individus dans 117 «cercles».
Après la publication de résultats provisoires montrant l’efficacité du vaccin chez les personnes vaccinées, l’essai fait aussi apparaître que les personnes non vaccinées appartenant aux cercles, ont  bénéficié d’une protection indirecte contre le virus Ebola grâce à la démarche de vaccination en cercle. Des avancées optimistes qui réjouit le Dr Sakoba Keïta, coordonnateur de la Riposte à l’épidémie d’Ebola en Guinée, «nous sommes fiers de pouvoir contribuer à la mise au point d’un vaccin contre Ebola qui empêchera que les autres nations subissent ce que nous avons subi».
msfaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here