PARTAGER

Xuman, Matador, Mamy Victory, Iss 814, et Mc Mo vont collaborer sur la sortie de 3 titres. Ecrits en manding, sérère, pular, wolof et français, ces morceaux vont s’attaquer à la question migratoire. Loin des clichés, ce concept vise à donner la bonne information aux potentiels candidats en quête d’eldorado. «Nous avons l’habitude de traiter de l’émigration sous le regard de l’Occident. C’est important d’avoir notre propre lecture. Nous avons échangé avec des professionnels des médias, des immigrés revenus. C’est la synthèse de ces expériences que nous avons faite dans ses 3 morceaux», a expliqué Xuman hier, lors de la conférence de presse sur l’atelier d’écriture pour la création de contenus artistiques sur la migration. Organisé par Africulturban et l’Unesco, l’objectif de cet atelier de 2 jours était de renforcer les capacités des artistes et professionnels des médias à rendre compte de la migration à travers des productions artistiques de qualité. Cette approche a pour but de permettre aux jeunes femmes et hommes sénégalais, attaché(e)s à la culture artistique de leur pays, d’avoir une meilleure compréhension de la migration au Sénégal et de la manière dont cette thématique est traitée en termes de communication et d’information. Cet appui s’inscrit dans le cadre du projet «Autonomiser les jeunes en Afrique à travers les médias et la communication», mis en œuvre dans huit 8 pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre : Cameroun, Côte d’Ivoire, Ghana, Guinée Conakry, Mali, Niger, Nigeria et Sénégal. L’objectif principal du projet étant d’outiller les médias, afin de donner aux populations, en particulier aux jeunes garçons et filles, les moyens de prendre des décisions éclairées sur les questions migratoires grâce à un meilleur accès à une information de qualité.
Interpellée sur l’impact réel de 3 morceaux dans la sensibilisation sur la question migratoire, Mamy Victory a expliqué que «cela fait des années qu’on parle de l’émigration clandestine, mais après l’atelier j’ai compris que ce n’était pas la bonne façon de s’y attaquer. Dorénavant, je sais ce qu’ils endurent lors du voyage. Ce qui les pousse à prendre le risque. Il sera beaucoup plus simple de les dissuader».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here