PARTAGER

La Matrice d’actions prioritaires (Map) définie par le Premier ministre tourne autour d’1 milliard 800 millions de francs Cfa, dont le milliard 100 millions est mis à disposition dès à présent pour permettre d’anticiper sur certaines actions liées à la gestion des inondations. L’affir­mation vient du ministre de l’Hydraulique et de l’assainissement, Mansour Faye, au sortir d’un Conseil interministériel hier. Il rappelle que les inondations découlent en réalité des averses importantes qui font qu’il pourrait y avoir des débordements d’eaux au niveau de certaines localités. «Il faut retenir que par rapport à la Map, ce sont des actions urgentes à mettre en œuvre combinées à travers différentes structures qui interviennent au niveau du plan de gestion des inondations», dit-il, informant que d’autres budgets sont mis en contribution à travers les ministères sectoriels. Donc, la Map «nous permet effectivement de réaliser des actions urgentes, mais les autres sont prises en compte par les ministères sectoriels.»
S’agissant des actions urgentes, elles sont entre autres, d’ après lui, le système de pompage effectué par la Brigade nationale des sapeurs-pompiers, des actions préventives en matière de santé exécutées à travers le Service national d’hygiène et d’autres actions de prévention exécutées à partir de la direction de la Protection civile.
A la question de savoir si véritablement le gouvernement a une solution pérenne par rapport aux inondations, le ministre Mansour Faye rétorquera : «Les inondations sont des phénomènes naturels. Et comme ce sont des phénomènes naturels, en réalité on ne peut pas les prévenir. Tout ce qu’il faut faire, c’est prendre des dispositions en cas de problème de cette nature pour que les services de l’Etat puissent se mettre en œuvre, pour non seulement pouvoir intervenir en urgence, mais aussi atténuer les conséquences liées effectivement à des pluies abondantes.» Quid de la problématique des canaux ? Le ministre a fait savoir que chaque année, il y a des opérations pré-hivernales qui consistent à curer les canaux, à dégager l’ensemble des détritus se trouvant à l’intérieur de ceux-ci. Il invite à ce propos les populations à un comportement citoyen qui puisse permettre de prendre des dispositions, évitant ainsi de retrouver ces agrégats dans les canaux.
mfkebe@lequotidien.sn

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here