PARTAGER

Une commission mondiale indépendante de haut niveau est mise en place par l’Oms pour trouver de nouveaux moyens de lever les barrières à la bonne santé, apporter des solutions novatrices, audacieuses pour vaincre les Mnt dans le monde.

Plus de 15 millions de personnes âgées entre de 30 et 70 ans meurent chaque année de Maladies non transmissibles (Mnt), selon un communiqué de l’Organisation mondiale de la santé (Oms). En effet, consciente de la gravité des Mnt, du droit de vie et de la santé, l’Oms a mis en place hier mercredi une commission mondiale indépendante de haut niveau pour accélérer et vaincre la lutte contre les Mnt comme le diabète, les cancers, les cardiopathies et les pneumopathies. Cette commission va donner des recommandations pragmatiques pour apporter sa contribution à la Troisième réunion de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations-Unies sur les Mnt, prévue au second semestre de 2018.
Coprésidente de la rencontre, Dr Nishtar estime que la commission est venue au moment opportun, car elle va permettre aux gouvernements de rendre compte cette année des progrès qu’ils ont ac­complis pour protéger leurs administrés des Mnt. «S’il y a eu des améliorations dans certains pays et régions, le rythme général du progrès a été d’une lenteur inacceptable. Il en résulte que beaucoup trop de personnes souffrent et meurent de Mnt qui auraient pu être évitées, ce qui porte un coup humain et économique aux familles, aux communautés et aux gouvernements», a-t-il martelé. Les Mnt constituent donc les premiers facteurs de mortalité évitables parce qu’il y a, selon Dr Vàzquez, tant à faire pour préserver et soigner les gens, «pour les protéger du tabac, de l’usage nocif de l’alcool, des aliments mauvais pour la santé, des boissons sucrées, pour leur donner accès aux services de santé dont ils ont besoin et stopper net les Mnt».
On peut aussi noter sur le document que chaque année 7 décès sur 10 sont enregistrés dans le monde. Les pays à revenu faible ou intermédiaire sont les plus touchés par les Mnt. Membre de la commission, Michael R. Bloomberg, ambassadeur mondial de l’Oms pour les maladies non transmissibles, souligne : «Pour la première fois dans l’histoire, davantage de personnes meurent de maladies non transmissibles, comme les cardiopathies ou le diabète, que de maladies infectieuses. Personne n’est épargné par ces décès, ni riche, ni pauvre, ni jeune, ni vieux et le coût économique est très lourd pour les pays. Plus nous mobiliserons l’appui du public pour les politiques gouvernementales ayant apporté la preuve qu’elles sauvent des vies, ce que fera la commission, plus nous progresserons dans le monde.» La commission établie par le directeur général de l’Oms, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, fonctionnera jusqu’à octobre 2019.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here