PARTAGER

Les structures Parteners west african-Senegal (Pwa-Senegal), appuyé par United states institute of peace (Usip), veulent lutter contre les viols, vols et agressions, entres autres, en banlieue dakaroise. Pour combattre ces formes de violence souvent liées au chômage des jeunes, à la pauvreté et à la promiscuité, ces structures ont porté leur choix sur le département de Gué­diawaye pour abriter le projet intitulé «Dialogue sur la sécurité et la justice dans les pays du Sahel et du Maghreb», informe M. Abdourahmane Kane, vice-président de ce projet. «Le but du programme est d’améliorer les relations entre les communautés et les forces de sécurité ainsi que leurs capacités à identifier et résoudre en synergie les dédits sécuritaires locaux grâce à un processus de réformes inclusives et participatives dans les localités pilotes.» M. Kane renseigne que c’est dans ce cadre que Pwa-Senegal, avec l’appui de l’Usip, a déroulé à Médina Gounass le 25 octobre 2016 et successivement dans les autres communes des sessions de formation. «Ces sessions ont été une occasion pour les forces de défense et de sécurité, les autorités administratives et la société civile de se retrouver pour des échanges et d’harmoniser leurs points de vue sur les nombreux faits qui sont enregistrés dans ces localités de la banlieue.»
Seyni Kébé, coordonnateur adjoint du Programme, de soutenir : «Nous œuvrons partout dans le pays pour la sécurité, même au niveau de l’Afrique. Aujourd’hui, les nombreux faits qui se produisent au quotidien, les viols, les vols, les agressions, entre autres, nous ont poussés à mettre sur pied cette structure dont la base se trouve aux Etats-Unis et qui a pour unique objectif de combattre ces faits que je viens de citer.»
latifmansaray@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here