PARTAGER

Les lutteurs Modou Anta de Thiès et Baye Mandione de Thiaroye Geum Sa Bopp ont promis aux amateurs, un combat épique le 10 février prochain à Thiès. C’était lors de leur face à face ce samedi dans la Capitale du Rail.

Prévu pour le 10 février prochain, à l’hippodrome Diaw Macodou de Thiès, le combat Baye Mandione-Modou Anta promet une belle confrontation. Les deux lutteurs ont été présentés ce samedi par le promoteur, Papa Thialiss Faye, à la Place Mamadou Dia Ex-Place de France de Thiès. Dans une ambiance électrique, Modou Anta, natif de la région, et Baye Mandione de Thiaroye entendent honorer l’engagement pris devant leurs fans.
Après avoir salué le courage de son adversaire d’avoir accepté de l’affronter chez lui, Modou Anta a tenu à l’avertir de l’accueil «spécial» qu’il lui sera réservé. «Baye Mandione est un champion. Mais, je veux vivre autre chose que de perdre à Thiès. Plus question pour moi de perdre dans mon fief. Baye Mandione est averti, je vais le corriger. Je vais lui prouver que je ne boxe pas dans la même catégorie que lui. Je suis plus jeune et affiche de loin une meilleure forme physique», a-t-il soutenu. Mais le ton finit par monter lorsque Modou Anta accuse son adversaire d’avoir mis à contribution des vieilles dames vivant à Thiès, dans sa bataille mystique.
Rejetant en bloc ses accusations, soulignant avoir également de la famille dans la région, Baye Mandione dira «prendre très au sérieux ce combat. Je n’ai jamais mis autant de sérieux dans une préparation que dans ce combat. Il saura de quel bois je me chauffe». Avant de rétorquer, à sa façon, par une pique très mal appréciée dans le camp de Modou Anta. Le lutteur de Thiaroye désignera l’autre lutteur de la Capitale du Rail, «Ambulance», comme étant le «vrai» champion de la région. Suffisant pour semer le désordre entre les deux camps. Les organisateurs parviendront à ramener le calme après un long moment d’échanges houleux entre les deux parties.
De son côté, la structure Leewtoo Production, à travers son promoteur, a promis de décentraliser la lutte en organisant une affiche dans chacune des régions. «Nous envisageons de tenir un grand combat dans chaque région», dira Papa Thialiss Faye, accompagné de son staff de production.
ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here