PARTAGER

Depuis son duel perdu contre Boy Niang 2, Garga Mbossé court après un combat. Ayant connu une saison blanche, le frangin de Zoss tenait une occasion de renouer avec la compétition avec cette nouvelle saison. Mais le lutteur de Door Doorate voit cette opportunité lui filait entre les mains suite à une maladie de Malick Niang qu’on lui proposait comme adversaire.

«Un animateur télé dont je tairais le nom avait été délégué par un promoteur pour négocier mon combat avec Malick Niang», explique Garga Mbossé. Qui poursuit : «Ce dernier est revenu vers moi pour me dire que Malick Niang n’est pas disposé à livrer un combat de lutte parce que malade. Je n’ai pas la tête à la lutte, tout ce qui compte moi c’est de me soigner, lui aurait dit Malick Niang», selon mon interlocuteur.
«Malick Niang n’a pas pour le moment l’esprit à la lutte. Mais je ne saurais dire la nature de sa maladie», s’est montré prudent Garga Mbossé lorsqu’il s’est agi de savoir si le tombeur de Sa Thiès souffrait de problème cardiaque comme il l’a révélé dans la presse dans un passé récent.
Son combat contre Malick Niang avait été démarché tout récemment selon Garga Mbossé. «Cela ne fait pas même pas une semaine que cet animateur télé était venu me voir pour discuter avec moi de ce combat. Je lui avais répondu que j’étais preneur et qu’il aille d’abord discuter avec Malick Niang. Mais ce dernier est indisponible.»
En dehors de Malick Niang, d’autres adversaires dont il dit se garder de révéler l’identité lui sont proposés par certains promoteurs. «On est en train de démarcher en coulisses un autre adversaire», précise-t-il.
Reconnaissant que sa défaite contre Boy Niang 2 l’a un peu desservi, le jeune frère de Zoss prépare de la meilleure des manières la saison de lutte qui s’ouvre dans les semaines à venir.
Priant de tous ses vœux que la lutte se relance après une saison où aucun ténor ne s’est produit, Garga Mbossé invite au travail pour que la lutte regagne la confiance des annonceurs. «Une mauvaise communication des acteurs de la lutte a contribué à plonger la lutte dans des difficultés. La guéguerre entre promoteurs y est pour beaucoup. Les promoteurs devraient davantage valoriser la lutte. C’est ainsi qu’ils n’auront plus besoin de courir après les sponsors. Mais c’est le contraire qui se fait», déplore-t-il.
Soulignant entretenir de bons rapports avec son frère, Zoss, pour taire les rumeurs qui soutenaient le contraire, Garga Mbossé est un redoutable puncheur pour avoir mis Ko des lutteurs comme An 2000. «Tous les combats remportés par Ko l’ont été par surprise. C’est souvent des coups de poing pas aussi puissants mais qui atterrissent sur un point sensible», note le lutteur des Parcelles Assainies qui, avant de connaître un coup de frein en 2016 face à Boy Niang 2, était dans une belle dynamique. Feugueuleu, Ton­nerre et Lac Rose sont tous passés à la moulinette de l’athlète de Door Doorate.
Trouvant sa passion dans l’élevage de moutons ou bœufs, Garga dit ne pas compter que sur la lutte pour vivre. A côté de ce business qu’il entretient, Garga est aussi un ancien couturier. «Tous les habits que je porte, c’est moi qui les ai cousus», révèle celui qui totalise huit années de présence dans l’arène.
ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here