PARTAGER

Mis en demeure par Bombardier, tancé par le président du Cng de lutte, le promoteur Assane Ndiaye est sous pression pour n’avoir pas officialisé jusque-là le combat Bombardier-Eumeu Sène.

C’est Bombardier qui a été le premier à ouvrir les hostilités sous forme de menace. Dans son édition de ce week-end, Sunu Lamb révèle que le «Roi des arènes» a lancé un ultimatum au promoteur Assane Ndiaye, organisateur de son combat contre Eumeu Sène. Bombardier, par la voix de son frère Pape Dia, a été catégorique : «Fini le temps de grâce. Si le promoteur tient à ce que le combat ait lieu, qu’il le régularise au plus tard avant la fête de la Korité.» Une démarche logique pour un contrat signé depuis septembre 2016.
Confronté à des difficultés, Assane Ndiaye, qui ne cesse d’avancer des dates officieuses, explique qu’il voudrait bien verser aux lutteurs l’autre partie de l’argent. Mais, le problème, c’est qu’il n’a pas encore mis la main sur l’argent du sponsor. Ce qui n’engage point Bombardier qui veut que ce feuilleton prenne fin.

«Les promoteurs doivent cesser de se cacher derrière le Cng pour chercher des excuses»
Face à la presse ce samedi, le président du Cng de lutte est à son tour monté au créneau pour s’offusquer de la démarche de certains promoteurs qui annoncent des affiches à travers la presse sans pour autant les officialiser. A l’image du promoteur Assane Ndiaye. «Je demande aux promoteurs de respecter les règles en vigueur du Cng. J’ai lu dans la presse une sortie de Assane Ndiaye disant que c’est à cause du Cng qu’il n’arrive pas encore à fixer la date du combat Bombardier-Emeu Sène. Les promoteurs ont eu toute la latitude pour venir au Cng pour régulariser leurs combats», a tenu à préciser le  Dr Sarr. Avant d’appeler les promoteurs à «se montrer honnêtes vis à vis de l’opinion au lieu de se cacher derrière le Cng pour chercher des excuses. Cela n’est pas juste, ce n’est pas honnête de leur part. S’ils connaissent des difficultés, qu’ils aient la loyauté et le courage de le dire. Au lieu de le mettre  sur le dos des uns et des autres pour dire des choses qui ne reflètent pas la vérité. Ils n’ont jamais demandé une date qu’on leur a refusée», a-t-il pesté.

Drapeau du chef de l’Etat : L’avertissement du Dr Alioune Sarr
La région de Tambacounda sera la capitale de la lutte traditionnelle lors de la 18ème édition du drapeau du chef de l’Etat prévue du 30 juin au 2 juillet prochain. Les équipes des quatorze régions du Sénégal sont pressenties pour prendre part à ce tournoi. Mais le président du Cng fixe au préalable les règles du jeu. «Les équipes qui ne feront pas la présélection ne participeront pas au drapeau du chef de l’Etat», a prévenu le Dr Alioune Sarr. La mission de prospection qui s’est rendue la semaine dernière à Tambacounda juge que la région de l’Est remplit toutes les conditions pour abriter la manifestation qui aura pour cadre le stade municipal.
ambodji@lequotidien.sn
ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here