PARTAGER

Ses potentiels adversaires ayant été engagés, Lac 2 se retrouve dans une situation assez inconfortable. Mais au juste pourquoi le chef de file de l’écurie Walo peine à décrocher un combat ? Explications de «Omez» Diagne.

On pensait qu’avec la pandémie du Covid-19, ce serait très difficile pour les Vip de la lutte de trouver un combat. C’est tout à fait le contraire avec les promoteurs qui se bousculent au portillon de l’arène pour décrocher les grosses affiches pour la saison prochaine.
C’est ainsi qu’après les affiches Balla Gaye 2-Gris Bordeaux et Eumeu Sène-Bombardier montées par Gaston Mbengue, Pape Thialis Faye et son groupe «Leewtoo Production» sont revenus en force en décrochant Boy Niang 2-Tapha Tine et Sa Thiès-Garga Mbossé.
Du coup, la quasi-totalité des lutteurs Vip sont servis, à l’exception de Lac 2 qui se trouve être pour le moment l’une des grosses pointures de l’arène à n’avoir pas encore de combat. Pire, ses potentiels adversaires ont trouvé un combat. Suffisant pour que les amateurs et observateurs se posent des questions quant à l’avenir du chef de file de l’écurie du Walo.
Interpellé sur la question, Omar Diagne «Omez» met le doigt sur un principal handicap : la communication. Selon l’ancien coach de Tapha Tine, «Lac 2 a du mal à se valoriser aux yeux des amateurs et vendre son image. Mais c’est sa communication qui fait défaut. C’est comme si on sent de la rancune dans sa manière de communiquer. C’est quelqu’un qui est introverti. J’ai l’impression qu’il ne se libère pas quand il communique», diagnostique «Omez». Qui trouve qu’il a du mal à se hisser au même niveau qu’un certain «Balla Gaye 2 qui fait courir aussi bien les promoteurs que les annonceurs qui tiennent à associer son image à celles de leurs produits». Et tout cela a été rendu possible «grâce à un staff et une écurie bien structurée» autour du Lion de Guédiawaye.
«Balla Gaye 2 est entouré de Aziz Ndiaye, Baye Ndiaye et autres. Même s’ils évoluent à l’ombre, ces derniers abattent un travail extraordinaire pour vendre l’image de leur poulain à des sponsors. On le voit faire des pubs à la télévision, contrairement à Lac. Et là ce sont des détails qui comptent pour les promoteurs», a-t-il déclaré.
Et pour donner plus d’épaisseur à son argumentaire, «Omez» de citer un autre exemple, Boy Niang. Le fils de «De Gaulle», selon lui, a su maintenir le cap «en continuant de profiter de l’aura qu’il a su entretenir autour d’un éventuel combat contre Balla Gaye 2 qu’il s’est mis à défier avant de s’expliquer avec Lac 2».
Résultat des courses : Lac 2 se trouve lâché par ses potentiels adversaires-Vip comme Gris Bordeaux, Eumeu Sène et surtout Tapha Tine qui l’avait publiquement défié. Avant que «Leewtoo Productions» ne vienne tout gâcher en l’opposant à Boy Niang. «Les écuries devraient davantage s’organiser pour aider leurs lutteurs à avoir un bon plan de carrière qui doit être défini par la structure en charge de l’athlète. Sinon les lutteurs auront toujours des difficultés», insiste le technicien.
Pour ceux qui critiquent le style de Lac 2 en le taxant de «défensif», «Omez» relativise : «C’est un lutteur à la fois défensif et offensif. Et aujourd’hui peu de lutteurs ont cette qualité.»
Niveau palmarès, il constate que «Gris Bordeaux n’a pas un meilleur palmarès que Lac 2. Si on se fonde sur leurs parcours, on peut même dire que Lac 2 est meilleur que Gris Bordeaux, plus méritant que Gris Bordeaux. Il n’y a que deux points noirs sur son palmarès : Eumeu Sène et Modou Lô qui sont les seuls à l’avoir battu». Mais Omar Diagne reconnaît que cela n’a pas suffi pour convaincre davantage les décideurs.
A défaut d’un combat en début de saison prochaine, Lac 2 peut espérer décrocher des adversaires à l’issue de certains combats où les vainqueurs ou les vaincus n’auront plus d’argument pour l’éviter.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here