PARTAGER

L’organisation du tournoi national de lutte doté du drapeau du chef de l’Etat que la région de Tambacounda va abriter pour la première fois, ne semble pas pour autant préoccuper les autorités locales et politiques. Ces dernières n’ayant apporté aucun soutien à l’événement encore moins aux lutteurs de la région.

Les autorités locales et politiques de la région de Tamba­counda, tous tant qu’elles sont, n’ont pas daigné consentir le moindre appui aux lutteurs, porte-étendard de ladite région, encore moins au Comité régional de gestion de la lutte (Crgl) qui peine encore, à quelques heures du début de l’événement, à boucler son maigre budget pour regrouper les représentants de la région.
Seul l’ambassadeur itinérant, Djiby Cissé a accordé 425 mille francs pour l’organisation des préliminaires tenus le 17 juin dernier. Sinon, personne d’autre n’a réagi, déplore le président du Comité régional de gestion de la lutte, Mamadou Konté dit Abdoulaye Ndiaye. Du coup, si les lutteurs devant représenter la région de Tamba à cet événement national du «sport de chez nous», ne font pas de bons résultats à l’issue du tournoi, c’est en grande partie dû au manque de soutien des autorités locales et politiques.

Le président du Comité d’organisation «outré et très déçu»
Après avoir décroché leur ticket qualificatif chacun dans sa catégorie, les 5 représentants de la région peinent à être regroupés pour une bonne préparation du tournoi. Les autorités locales et politiques de la région les ont snobés malgré que le Crgl ait déposé depuis longtemps des demandes de soutien et d’appui qui sont restées sans suite. C’est pourquoi, en conférence de presse au stade régional, le président du Comité régional de la lutte s’est dit «outré et très déçu».
Abdoulaye Ndiaye de se demander, «comment comprendre que le Cng de lutte décide d’honorer la région en lui attribuant l’organisation de la 18ème édition du drapeau du chef de l’Etat parmi trois prétendants et que nos autorités veuillent ne pas apporter leur contribution au Comité régional d’organisation pour la bonne tenue de l’événement. Abraca­dabrant !», fulmine-t-il.
Peut-être que la frustration causée par les investitures est passée par là, notent d’autres membres du comité tout aussi ébahis du comportement des autorités de la région.

Même attitude que l’année dernière…
De toutes les façons, la lutte de même que les jeunes ne méritent pas ça. Pis encore, déplore le président Konté, «jusqu’à la date de ce jour (moins de 48 heures), informe-t-il, nos représentants n’ont pas encore de survêtement et peinent à être regroupés pour une bonne préparation de l’événement au moment où, dans les autres régions, leurs lutteurs sont entrés en regroupement depuis». «Cette attitude des auto­rités frise le sabotage du drapeau du premier des Sénégalais», fait remarquer le président très déçu. «Cependant, laisse-t-il entendre, quoiqu’il en soit, la région prendra part à l’édition et fera bonne figure malgré les difficiles conditions de préparation. L’année dernière aussi ça a été le même cas et cela ne nous avait pas empêché de décrocher la médaille en Or chez les catégories de 66 kg.»
Revenant sur l’organisation du tournoi proprement dit, le président Konté du Crgl de Tamba rassure. Selon lui, tout est fin prêt pour que la manifestation se déroule dans d’excellentes conditions. D’ailleurs, il informe que pour la première fois depuis l’avènement du drapeau, les lutteurs vont être logés dans des hôtels et tout cela, explique le président du Crgl, pour que les participants soient dans d’excellentes conditions de compétition.
Dans la même veine, il soutient que ce sera une belle occasion de faire redécouvrir le riche patrimoine culturel de la région de Tamba. «Rien ne sera de trop pour donner un cachet important à l’événement», promet Mamadou Konté qui révèle que le Sogoni, ce masque très my­thique et mystique de Kandéry, fera encore son apparition le jour de la cérémonie officielle. Le Séourouba de Koum­pen­toum de même que les masques Bassaris seront aussi de la partie pour agrémenter l’événement.
Enfin, sur le plan sécuritaire, notre interlocuteur informe que le gouverneur de la région a pris toutes les mesures nécessaires pour que les forces de sécurité soient mobilisées. «Dans l’ensemble, à part la fausse note causée par les politiciens à cause de leur manque de soutien, tout est fin prêt», a-t-il conclu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here