PARTAGER

L’artiste Issa Samb, plus connu sous le nom de Joe Ouakam, a été inhumé, hier, au cimetière de Ouakam. La mémoire du peintre, sculpteur, critique, auteur-poète, dramaturge et philosophe a été saluée à la morgue de l’hôpital Principal de Dakar devant le chef de l’Etat, Macky Sall.

Adieu Joe ! Le monument de la culture sénégalaise repose désormais au cimetière de Ouakam. Issa Samb de son vrai nom ne sort pas de son quartier natal puisque sa sépulture y est. Hier, à la morgue de l’hôpital Principal de Dakar où il a rendu l’âme, les ultimes hommages lui ont été rendus. La République, avec en première ligne le chef de l’Etat, a assisté à la levée du corps de l’artiste qui a tant marqué les esprits. Hommes politiques, artistes, intellectuels, anonymes, tous étaient là. Calmes, les mines tristes, récital de Coran, larmes aux yeux chez les plus sensibles. Voilà l’ambiance glaciale qui a régné sur les lieux.
Les différents orateurs qui se sont succédé au micro ont été unanimes sur l’homme. Ses qualités humanistes, surtout sa générosité ont été portées à la connaissance de l’assistance. D’après les témoignages, Issa Samb aidait les démunis, surtout les veuves après la vente de ses tableaux. L’homme a toujours été un ambassadeur du Sénégal à l’étranger. «C’est la première fois depuis que je suis à la tête du pays que le Conseil des ministres a été déplacé en son heure habituelle, le mercredi à 10 heures, pour nous permettre de venir apporter cet hommage à ce digne fils du Sénégal qui vient de nous quitter», dit Macky Sall.
Venu présenter les condoléances de son gouvernement et du Peuple sénégalais, le président de la République a regretté le départ prématuré de l’artiste. Il dit : «Joe Ouakam nous quitte au moment où nous avons encore plus besoin de lui, de sa présence rebelle, de sa parole étonnante et toujours emplie de sens. Je rajouterai de douceur, de ses  colères justes et de ses valeurs sublimes de générosité et de solidarité.»  Et d’ajouter : «Rarement, on a côtoyé dans notre pays un homme qui aura organisé sa vie comme une œuvre d’art. Je veux dire une vie vouée entièrement à la création, défiant la mort et le désespoir.»
Les amis de Joe aussi n’ont pas été avares en paroles, en ces circonstances douloureuses. Badou Dionne, l’un d’eux, dira : «Patriote sincère qui a l’amour de son pays et le goût de le servir. Joe Ouakam a été une figure imminente de la création artistique du Sénégal et de l’Afrique qui a beaucoup contribué à son rayonnement culturel  et artistique.» Devant le cercueil de son ancien compagnon, M. Dionne promet : «Nous conservons éternellement dans nos mémoires, dans nos cœurs, dans nos pensées l’artiste universel, le peintre, l’écrivain, le poète, l’intellectuel, l’homme de culture, l’homme de pensée et d’action, l’homme de dialogue et de contact humain, un homme de cœur et de bien. Un homme de courage et de persévérance, un homme de tolérance et d’amour, un homme sympathique, aimé de tout le monde.»
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here