PARTAGER

La devanture du Palais présidentiel a connu, ce samedi soir, une ambiance de folie. Sur place, les vice-champions d’Afrique de retour de la Can Caire 2019 ont été accueillis en «héros» et reçus par le chef de l’Etat.

C’était la liesse populaire devant le Palais présidentiel. Un samedi soir de folie qui sera sans nul doute conté de génération en génération. Tous les âges étaient là. Mama Sène, 11 ans, du haut des épaules de son père Ousmane Sène, arbore fièrement le drapeau national. La petite est aux anges. Parce qu’elle vient de vivre ces moments d’allégresse pour la première fois de sa vie. Pendant ce temps, le papa effectuait des petits pas de danse. Aux manettes, le Dj laissait à fond le tube Fuleu ak fayda de Elage Diouf mais aussi d’autres chansons à la gloire des Lions du football.
Sur le corps des jeunes qui étaient dans la déferlante de l’aéroport militaire Léopold Sen­ghor de Yoff au Palais transpirait des gouttes de sueur. Certains ne s’étaient pas privés de se déverser de l’eau pour rafraîchir les organes.

«J’ai pleuré hier, je suis très contente aujourd’hui»
Mama Sène, qui est née après l’épopée de la bande à El Hadji Ousseynou Diouf, n’a rien raté de ces scènes. «Je suis très contente d’être là. Parce que pour la première fois au moins j’assiste à une telle fête. En 2002, je n’étais pas là. En tout cas, même si j’ai pleuré hier (vendredi après la finale), je suis très contente aujourd’hui (samedi) d’être là et je suis fière qu’on ait la deuxième place. J’espère que la prochaine fois, on aura la coupe. Hier, j’ai pleuré mais aujourd’hui je suis très joyeuse», a-t-elle insisté.
A côté de M. Sène qui était en famille, il y avait aussi ses nièces, les jumelles Ayou et Khadidiatou Sarr. Elles ont 9 ans. «Je suis venue voir nos footballeurs. Je suis contente d’être là. L’Algérie est très forte mais je voulais que le Sénégal gagne. On était quand même très forts mais les Algériens nous ont marqué un but qui nous avait surpris», raconte la première nommée. Sa jumelle, Khadidiatou, est allée un peu plus loin : «Je suis là pour fêter la victoire des Lions.» Et lorsque nous lui avons rappelé que le Sénégal avait perdu la coupe, sa réponse a été : «Oui mais la deuxième place, c’est bien et on l’a méritée. Les Lions ont bien joué durant tous les matchs. Ils ont perdu mais au moins ils ont donné le meilleur d’eux-mêmes.» En clair, elle considère cette défaite comme une victoire.
Les minutes s’égrenaient. Les hôtes du jour ne sont toujours pas là. L’attente fut longue. Car la parade a duré des heures. L’accueil chaleureux et enthousiaste montait d’un cran au fur et à mesure que le bus des joueurs s’approchait du Palais. Bloquée à hauteur de l’hôpital Principal par les Forces de l’ordre, la foule a manifesté son courroux pour forcer le passage. Ainsi avec diplomatie, la police a réussi à frayer un chemin au bus…. direction le Palais présidentiel.
Saliou Diouf qui a orné son taxi de drapelets aux couleurs nationales a été aussi freiné dans son élan. «Je viens de Thiès. Personne ne pourra m’arrêter. Je rentre à l’intérieur. Voilà deux jours que je n’ai rien mangé. J’ai été invité par le ministre», a-il fulminé à bord de son véhicule. «Aladji, s’il vous plait faites marche arrière», lui supplie un policier. Le temps n’était pas aux querelles. La Nation fêtait ses «héros». Alors c’est ainsi que le chauffeur a accepté en tentant de se trouver un chemin dans cette marée humaine.

Macky Sall : «Nous remettre au travail immédiatement pour gagner la Can 2021»
Il était 21h 30 quand enfin la bande à Sadio Mané est arrivée au Palais. Dans un grand boubou avec le drapeau en écharpe, Macky Sall a félicité et encouragé l’équipe, l’encadrement technique, les membres de la Fédé­ration.
Le président de la République était entouré entre autres du capitaine Cheikhou Kouyaté, du ministre de sport, Matar Bâ, du président de la Fédé foot, Me Augustin Senghor, et du sélectionneur, Aliou Cissé. «Immé­diatement mes chers compatriotes, il nous faut nous remettre au travail pour gagner enfin le trophée continental dans 2 ans inchallah (Can 2021 au Cameroun). Pour ma part, je reste convaincu que vous en avez les moyens mes chers lions. Amoul décourager (point de découragement), comme la jeunesse du Sénégal vous l’a dit cet après-midi. Cette vaillante jeunesse a tenu à vous accueillir spontanément et à vous accompagner jusqu’au palais de la République dans une très longue marche. Bravo au Peuple sénégalais surtout à sa jeunesse pour cet accueil patriotique auréolé des couleurs nationales», a exprimé le chef de l’Etat sous les applaudissements du public. Et de renchérir : «Il convient surtout de rendre hommage à la jeunesse qui, par sa ferveur, son engagement vient de donner une leçon au monde entier, elle qui a mis le pays en liesse réconciliant par la magie du sport les cœurs et les esprits. Aujourd’hui, par cette formidable mobilisation spontanée, le Peuple sénégalais, sa jeunesse, ses forces vives, ses acteurs politiques de la majorité comme de l’opposition, ses sportifs mais surtout sa vaillante jeunesse aux avant-postes, vous ont rendu, à toi (Aliou Cissé) et à ton équipe, un hommage vibrant et mérité.» La foule s’est dispersée à la fin du discours dans la joie et la ferveur. L’ambiance s’est poursuivie jusque dans les ruelles du Plateau. Que l’accueil fut beau !
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here