PARTAGER

Dans la famille qui est la cellule la plus petite de la société, il se trouve des individus qui se comprennent et s’entendent mieux et qui s’échangent plus que les autres membres de la famille, surtout quand c’est important. Il faut comprendre et accepter la vie en société comme tel. En 1689, William De Britaine dans La prudence humaine nous a appris qu’«il n’est rien de plus difficile que de trouver un ami sincère à qui l’on puisse faire entièrement confiance». Il est évident aujourd’hui comme hier, autour du Président Macky Sall, nous trouvons des amis fidèles et sincères qui comprennent l’homme et sa pensée politique et qui savent l’exécuter à bon escient. Le ministre Diène Farba en est un et pas le moindre.
A l’aube du présent millénaire, le destin avait déjà mis Macky Sall en rapport avec des compagnons politiques sûrs qui principalement l’ont courageusement accompagné en s’investissant physiquement et financièrement à toutes les périodes dans sa route vers le Palais. Le compagnonnage du Président Macky Sall avec le ministre Diène F. Sarr date aujourd’hui de 19 ans. Rien ne prédestinait au moment de leur rencontre dans le Pds où ils militaient ensemble que Macky Sall allaient devenir président de la République du Sénégal. C’est un compagnonnage naturel et sincère qui a été façonné davantage à la cellule d’initiative et stratégie, au Cabinet de la Primature et dans le Cabinet du Président Macky Sall à l’Assemblée nationale. Le culte du travail les a unis et ils sont tout simplement devenus des frères aujourd’hui. Ceux qui connaissent les deux hommes apprécient le respect mérité qu’ils se vouent mutuellement. Il est même raconté que quand Diène Farba Sarr n’est pas dans son assiette, parlez-lui politique et de Macky Sall pour qu’il commence à retrouver la pêche. Cela démontre combien il est très engagé aux côtés du Président et pourquoi il a mené un combat d’enfer dans la région et le département de Kaolack, voire ailleurs dans le Sénégal et à l’étranger, pour élire le Président Sall en 2012. Pour le ministre Diène Farba Sarr, sa loyauté envers Macky Sall n’a pas de prix et il ne peut pas en conséquence faire l’économie de son savoir-faire et de sa longue expérience dans l’Administration pour aider son ami-Président à réaliser les promesses faites aux populations. Lors des Législatives passées, il n’a pas lésiné sur les moyens pour parcourir le département, éteindre les feux qui couvaient dans certaines localités et jouer son rôle de rassembleur même si c’était une tâche difficile dans un tel contexte.
Au ministère du Renouveau urbain, de l’habitat et du cadre de vie qu’il dirige avec main de maître, il est en train de moderniser les équipements, de révolutionner le cadre de vie au Sénégal, de booster l’habitat et de montrer qu’il est possible de réaliser le renouveau urbain au Sénégal. D’ailleurs, on lui reproche souvent d’être plus technocrate que politique et cela ne le dérange pas. A Kaolack, son objectif c’est de toujours s’efforcer à rassembler toute la famille républicaine et celle de Benno bokk yaakaar pour préserver la dynamique de groupe telle que voulue par le Président Macky Sall. Ce qui le préoccupe, dit-il, ce sont les bons résultats qui, seuls, comptent à l’heure du bilan de Macky Sall. Il comprend comme Frederick Douglass dans son discours de Washington «personne ne peut passer une chaîne à la cheville de son compagnon humain sans finir par se nouer l’autre bout autour du cou» pour aller au four et défendre son ami quand il le faut. Les potentiels opposants du candidat Macky Sall entre 2009 et 2012 savent quelque chose de son engagement et de son courage politique.
Entre Macky Sall le Sine-Sine adopté et Diène Farba Sarr le Saloum-Saloum, malgré le linéaire de 20 km environ qui sépare Fatick de Gamboul, leurs terroirs respectifs, ils partagent en toute complicité le combat pour une République qui marche. L’auteur de Macky Sall, un combat pour la République, un livre très instructif qui témoigne de la personnalité du Président dans sa conquête du pouvoir fait partie des premiers qui, en se basant sur une analyse politique factuelle, correcte et simple du contexte, a prédit, cru et écrit que Macky Sall, après avoir refusé l’arbitraire, allait prendre sa revanche sur Wade. Dans ce livre de 195 pages déjà écrit en 2009 et publié en 2011, il disait dans l’avant-propos : «J’ai la conviction que cet homme déterminé ne ratera pas son rendez-vous avec l’histoire.» Qu’on le veuille ou pas, cela s’est passé ainsi. C’était un pari, une conviction hier et aujourd’hui, et admettons que c’est une marque attribuée aux grands hommes.
Babacar SARR
1er Adjoint au maire
Commune Sibassor
Département Kaolack
bakarsarr@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here