PARTAGER

A Tivaouane, le Président Sall a salué la dimension religieuse de Serigne Cheikh.

(Envoyée spéciale) – La capitale du Tidianisme a été hier l’attraction de la Ummah islamique avec le rappel à Dieu du khalife général des Tidianes, Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy Al Makhtoum. Le Président Macky Sall, accompagné du Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dionne, et d’une forte délégation gouvernementale d’une quinzaine de ministres conduite par le ministre de l’Intérieur, Daouda Diallo, a été accueilli par le guide moral des Moustarchidiny wal moustarchidaty, Serigne Moustapha Sy. Au nom du Peuple sénégalais, le chef de l’Etat a présenté ses condoléances à toute la famille Sy de Tivaouane, à toute la ummah islamique avant de souhaiter plein succès au tout nouveau khalife général de Tidianes, le successeur de Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy Al Makh­toum, dans ses nouvelles fonctions. Il fera remarquer que «c’est une grande perte pour le monde tout entier, au-delà de la ummah islamique». Macky Sall a aussi attiré l’attention sur le mois de mars qui reste un «mois particulier à retenir pour le Sénégal», rappelant que «le 25 mars 1057 disparaissait Cheikh Al Khalifa, ce 15 mars 2017 est rappelé à Dieu Serigne Cheikh». Pour lui, la disparition de Al Makhtoum, en qui le Sénégal perd un sage, un modèle, un homme de Dieu d’une dimension exceptionnelle, reste un «gigantesque vide» pour l’islam. Le chef de l’Etat est largement revenu sur la dimension spirituelle de Serigne Cheikh, lequel guide, dira-t-il, «a même su gérer, avec sa famille, ses funérailles dans la plus grande humilité». «Quelle grandeur pour un homme de cette dimension !», s’exclamera Macky Sall qui n’hésitera pas à inviter l’humanité à s’inspirer de cette «leçon de modestie et de simplicité». Aux yeux du chef de l’Etat, «Al Makhtoum était ‘’Un’’ avec le Coran, la Sunnah du Prophète Mohamed (Psl) et la philosophie de Mame Maodo. Il a su, à l’image de ses prédécesseurs, Serigne Babacar, Cheikh El Hadji Mansour Maodo, Serigne Ab­doul Aziz Sy Dabakh et Serigne Mansour Sy Borom Daradji redorer l’héritage à sa juste valeur». Macky Sall s’engage aujourd’hui plus que jamais aux côtés du nouveau khalife général des Tidianes pour l’assister dans sa nouvelle mission. Il a mis l’accent sur la magnifique préservation de «l’héritage de l’islam» au Sénégal. Le tout nouveau khalife général des Tidianes, Seydi Abdoul Aziz Sy Al Amine, a pour sa part remercié le président de la République et son gouvernement de leur compassion. Il a fait savoir que «dès la tombée de la nouvelle, les enfants de Al Makhtoum et toute la famille Sy, à l’unanimité, tout comme les talibés, ont fait recours à mon autorité pour me signifier qu’ils se rangent tous derrière moi, et qu’il n’y avait qu’une seule et unique voix autorisée, la mienne». Il fera également savoir au Président Macky Sall que «le défunt khalife général nourrissait beaucoup l’intention d’aller lui rendre visite». Avant de verser dans le mystère pour faire comprendre que «Serigne Cheikh, qui avait tourné le dos aux biens terrestres, était mon camarade, nos deux âmes ne faisaient qu’une, inséparables dans le droit chemin d’Allah. Toutes les dernières volontés du saint homme ont été respectées par rapport à ses funérailles».

Al Amine : «Toute la famille Sy, à l’unanimité, se range derrière moi»
Revenant sur la vie et l’œuvre de Al Makhtoum, «le savant, le mystique, le citoyen du monde», Al Amine fera remarquer que Al Makhtoum, homonyme du fondateur de la Tidjaniyya, confrérie soufie, l’Algérien Aboul Abbas Ahmad At-Tidjani (1737-1815), natif de Saint-Louis comme son père, Cheikh-Al Seydi Khalifa Ababacar Sy, khalife des Tidianes de 1922 à 1957, dont il est le troisième fils, laisse apparaître le parcours d’un guide spirituel d’ouverture. Un descendant de El Hadji Malick Sy, de l’Almamy du Rip et du Bour Sine, Serigne Cheikh Tidiane, dont l’influence dans les milieux musulmans sénégalais est le résultat de son itinéraire personnel, qui a très tôt tenté de réformer son entourage familial. Qui aimait soutenir : «La religion ne doit pas rendre neutre son sujet aux travaux de réforme mondiale. Apprendre ses devoirs religieux et les mettre en pratique n’excluent nullement les travaux manuels et d’esprit qui conduisent à l’amélioration du sort de l’humanité. C’est là un autre champ qu’il ne faut pas fuir pour aucun prétexte.» Il a aussi évoqué «la dimension plurielle de Serigne Cheikh, caractérisée par plusieurs registres : intellectuel, social, théologique, politique et économique, qui a toujours marqué ses conférences publiques ou causeries à l’occasion de la célébration, aux Champ des Courses de Tivaou­ane, du Maouloud Al Naby commémorant la naissance du prophète Mohamed (Psl)». Des conférences thématiques sur l’islam, la société, la science, la culture et la politique, avec une pureté et une originalité d’un style et d’une noblesse que véhiculait sa poésie. Il termine pour dire que «Cheikh Ahmed Tidiane Sy Al Makhtoum fut un Cheikh qui a toujours œuvré pour l’intérêt des musulmans et de l’humanité. Il bénéficie de l’estime et de l’amitié sincères de tous les leaders du monde arabe. Ils l’estiment pour sa vision, ses qualités humaines et sa sagesse politique».
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here