PARTAGER

Hier, à l’occasion de la prière de l’Aid el fitr, l’imam ratib a déploré la division notée au Sénégal. Pour le président de la République, «l’Etat ne peut que créer les conditions de dialogue et de convergence parce qu’en matière de religion, il est toujours question d’interprétation (…)»

La grande majorité des Sénégalais a célébré l’Aïd el fitr hier, lundi. A Dakar, à la grande mosquée, les fidèles ont formé un long fil dans la discipline pour accéder à l’intérieur. Sous l’œil vigilent des Forces de l’ordre, tout le monde est passé au scanner pour des mesures de sécurité dans ce contexte de terrorisme.
Dans son sermon, l’imam ratib El Hadji Alioune Samb a déploré la célébration de la Korité dans la division. Selon lui, ce sont les nombreuses interprétations qui sont à l’origine de ce manque d’unité des musulmans. Il a aussi rappelé les enseignements de l’islam sur le comportement qu’un musulman doit avoir envers son prochain. «La majorité des Sénégalais ont fêté la Korité lundi. L’Etat ne doit pas s’en mêler. L’Etat ne peut que créer les conditions de dialogue et de convergence parce qu’en matière de religion, il est toujours question d’interprétation. Raison pour laquelle on se doit d’être flexible et libéral. L’idéal serait qu’on la fête ensemble, mais si ce n’est pas le cas, il n’y a pas de problème. Chacun peut choisir le jour qu’il veut», souligne Macky Sall. Sans doute une façon pour le président de la République de dégager les responsabilités de l’Etat dans cette affaire.

Macky espère un exercice du devoir citoyen «sans grande entrave»
A quelques jours de l’ouverture de la campagne électorale, le président de la République s’est aussi prononcé sur les Législa­ti­ves du 30 juillet. «C’est une étape dans la marche démocratique du Sénégal. Et c’est une étape qui va être franchie avec allégresse, lucidité puisque notre modèle démocratique est mature. Le Sénégal a rencontré des épreuves beaucoup plus difficiles», note Macky Sall. Il a rassuré que «d’ores et déjà toutes les dispositions ont été prises par le gouvernement. Et le ministre de l’Intérieur qui a en charge l’organisation n’a ménagé aucun effort pour que le scrutin se déroule dans d’excellentes conditions». Et d’ajouter : «J’espère que la Cena ainsi que les acteurs pourront trouver les convergences qui devront permettre, suite à la prolifération des listes – il y en a 47 – trouver les modus opérandus qui devront permettre aux citoyens d’exercer leur devoir sans grande entrave».
Dans le même sillage, le chef de l’Etat a lancé «un appel à toute la classe politique et à tous les citoyens pour qu’ils se mobilisent et exercent leur droit et leur devoir de citoyen». Devant le pupitre, Macky Sall n’a pas oublié de rendre hommage à l’ancien Premier ministre sous Abdou Diouf, M. Habib Thiam, décédé dans la nuit du dimanche à lundi, mais aussi au khalife de Pire, Serigne Moustapha Cissé.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here