PARTAGER

Depuis le 2 avril, le Sénégal rêvait en couleurs. Le Président nous avait fait miroiter un changement de paradigme, avec des mots tellement convaincants que tous nous avions commencé à y croire. Mais hier, le réveil avait été rude. D’abord, le gouvernement qui devait nous conduire à une cadence accéléré, est arrivé à pas de tortue. Ensuite, nombre de ses membres ne permettent pas de rêver. Bref, le faste annoncé est coincé par le trac. Ce qui annihile le fast track.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here