PARTAGER

Le khalife général des Mourides s’est prononcé hier sur le dialogue entre acteurs politiques, la préservation du legs du Cheikh, l’impérieuse nécessité de se former et la sacralité de la cité religieuse. C’était lors de la cérémonie officielle. Son discours a été lu par son porte-parole.

Serigne Bass Abdou Khadre n’a pas transmis les propos de Serigne Cheikh Sidy Mokhtar Mbacké à voix basse. Cheikh Bass, dont la lecture du discours a mis fin hier au Magal, n’a pas usé de conciliabules pour appeler les musulmans à l’unité. «Comme il est de coutume en de pareilles occasions, je voudrais formuler quelques propos en guise de rappel, d’exhortations et de conseils. A commencer par un sujet qui nous interpelle tous en tant que musulmans : l’unité et la consolidation des liens de fraternité qui existent entre nous. Efforçons-nous de préserver cette unité et d’éviter la division conformément au commandement d’Allah ! Nous exhortons au retour aux pratiques et méthodes efficaces conçues et employées par nos pieux ascendants et qui leur permettaient d’annihiler toute velléité de discorde qui s’annonçait parmi les musulmans et de maintenir la paix et l’harmonie. Cette approche collaborative, fondée sur la concertation, leur a valu beaucoup de respect et d’admiration au sein de toute la Oummah islamique telle que la Ligue islamique mondiale. Par conséquent, il est grand temps que nous revenions à cet héritage au profit de notre Nation et de toute la Oummah», conseille le porte-parole de Touba.
Chez lui, l’attachement à la philosophie mouride est un sacerdoce. Dans son discours de clôture, Cheikh Bass est revenu sur le fonctionnement de la cité religieuse. Il explique : «J’invite les actuels successeurs des précieux compagnons de Cheikh Ahmadou Bamba à faire de notre mieux pour revivifier son héritage contre tout ce qui pourrait l’altérer. Nous devons garder à l’esprit qu’il avait l’habitude d’éduquer et de former rigoureusement les gens avant de leur confier une quelconque responsabilité dans sa noble et impérieuse mission (de rénover l’islam) afin de s’assurer que ces gens puissent reproduire son modèle. C’est pourquoi, après son rappel à Dieu, cette élite a réussi à garder son héritage intact. La principale raison de leur succès était, à l’image de leur maître, la formation et l’éducation de leurs jeunes disciples en leur inculquant les valeurs de piété, du travail acharné et du respect du guide spirituel et de ses commandements.» Que faire pour préserver cet héritage dans un monde en pleine mutation sociologique ? «Si nous sommes soucieux de perpétuer cet héritage, notre mission la plus urgente est de préparer les jeunes qui sont appelés à prendre la relève après nous. C’est notre devoir, car de nos jours, nos jeunes sont confrontés à de nombreux défis et obstacles à une époque de déperdition généralisée. A vous jeunes gens, sachez que vous êtes appelés à prendre le flambeau de la voie de cheikh Ahmadou Bamba. Par conséquent, vous devez vous préparer à cette lourde responsabilité. Notre Seigneur continuera à nous couvrir de sa grâce et les gens nous voueront toujours respect tant que nous nous agrippons à l’ordre établi par Cheikh Ahmadou Bamba : c’est qu’en effet Allah ne modifie pas un bienfait dont il a gratifié un Peuple avant que celui-ci change ce qui est en lui-même.»

Respect de la hiérarchie mouride
Par ailleurs, le khalife général des mourides, à travers la voix de son porte-parole, a insisté sur le respect de la hiérarchie. «Rappelons-nous que lorsque Cheikh Ahmadou Bamba a lancé son appel, ont accouru des gens issus de sa propre famille comme d’autres venus d’horizons divers pour répondre. Cependant, malgré leurs origines diverses, une chose que ces gens partageaient était l’unité dans le respect des recommandations du Cheikh et à éviter ses interdits. En raison de leur loyauté et de leur comportement exemplaire, le Cheikh leur a accordé des faveurs spirituelles et sociales qui les ont placés bien au-dessus de leurs semblables et de leurs proches. Cela, pour dire que la pierre angulaire de l’ordre mouride reste l’obéissance et l’unité derrière un guide (khalife). Ainsi, j’encourage tous mes condisciples à consolider leur attachement à ce principe simple et immuable», conclut Cheikh Bass qui s’est incliné devant la mort des fidèles sur le chemin de Touba.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here