PARTAGER

Le Parti démocratique sénégalais ne participe pas au dialogue national. Et la décision de reporter les élections locales après un «large consensus» entre les différents pôles ne l’engage pas. «Nous condamnons cette décision parce qu’elle n’est pas conforme à notre position. Le Pds exigeait que les élections territoriales soient tenues à date échue, c’est-à-dire le 1er décembre 2019», a dit Magatte Sy. Le chargé des Elections adjoint au Pds ajoute que, de toute façon, «Macky Sall avait instauré ce dialogue politique uniquement pour le faire prendre des décisions et les faire qualifier de ‘’consensuelles’’». Or, souligne M. Sy, «le Pds, Pastef, l’Act, Tekki et d’autres partis politiques ne participent pas aux concertations». Selon lui, c’est «une frange de l’opposition» qui est présente à ce dialogue et qui «ne saurait engager toute l’opposition». Il faut souligner que le Front de résistance nationale (Frn), dont le Pds est membre, participe au dialogue politique. Par conséquent, le Pds condamne cette décision-là qui «viole complètement le calendrier républicain». L’adjoint de Cheikh Dieng informe que leur parti était en train de préparer une circulaire pour demander à ses militants de s’organiser en fonction de la date du 1er décembre 2019. «Ceux qui sont au dialogue ne sont pas sérieux, ils nous disent que les élections vont être renvoyées et ils ne donnent même pas de date en prétextant un deuil. Alors, on prie pour que Dieu accueille Ousmane Tanor Dieng dans son paradis. Mais on ne peut pas prendre pour prétexte un deuil pour dire qu’on renvoie les élections et, après, on reviendra sur la date. Ce n’est pas sérieux.»
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here