PARTAGER

Le camp du Groupement mobile d’intervention (Gmi) de Thiès a abrité hier la cérémonie officielle de remise de drapeau au cinquième contingent de la Senfpu/2 de la Mission multidimensionnelle intégrée  des Nations-Unies pour la stabilisation au Mali (Minusma). Selon le commissaire divisionnaire de classe exceptionnelle, Amadou Amady Lam, qui présidait la cérémonie  en l’absence du Directeur général de la Police nationale, cette remise de drapeau est l’aboutissement d’une préparation accrue axée principalement sur les techniques et tactiques permettant aux éléments de ce cinquième contingent d’acquérir les compétences nécessaires au maintien de la paix. Il s’agit, selon lui, d’un programme conforme au curriculum de formation pré-déploiement des Nations Unies et qui a été déroulé avec l’appui du gouvernement américain, qui a mis à disposition des experts pour contribuer à la formation. «Le contenu de ce programme vise à affiner l’expertise des 140 éléments, qui composent ce contingent par le relèvement de la qualité des enseignements qu’ils ont reçus et qui vont leur permettre d’apporter les réponses opérationnelles appropriées face aux défis de divers ordres qui vont se dresser sans nul doute sur leur chemin.» Aussi le directeur du Gmi se dit «convaincu qu’à l’image des autres contingents qui l’ont précédé dans d’autres théâtres d’opération comme le Darfour et la République centrafricaine, de l’aptitude de ce cinquième contingent à accomplir avec la compétence requise et dans la plus grande discipline, les missions qui lui seront dévolues pour une retour de la paix en République du Mali». Laquelle République, rappelle-t-il, continue d’être secouée par des actions terroristes dans sa partie méridionale où ils vont être déployés en remplacement de leurs collègues du quatrième contingent dont la discipline rigoureuse et le professionnalisme ont été avérés. Pour dire, poursuit-il, le devoir qui est le leur de maintenir haut le flambeau de la Police nationale et partant, de la République. «Vous devez, en tout temps et en tout lieu, faire montre de discipline et inscrire vos actions dans le respect scrupuleux du mandat conféré par le Conseil de sécurité des Nations-Unies dont l’un des axes majeurs demeure, entre autres, la protection des civils, du personnel et des installations des Nations-Unies.» Par conséquent, il les exhorte à rester au service exclusif de la paix dans les formes et les limites prescrites par leur mandat. Mais aussi de leur rappeler qu’en plus du savoir-faire spécifique tactique et technique nécessaire à leur mission, ils ont reçu une formation en droit de l’Homme, en droit international humanitaire, en éthique et déontologie devant leur permettre de s’approprier le code de conduite du personnel des Nations-Unies, qui ne devra souffrir d’aucune entorse. «Vo­tre engagement en Répu­bli­que du Mali devra s’inscrire dans ce cadre d’éthique em­preint de rigueur, de discipline, de confiance, de respect des droits humains et de solidarité mutuelle. Mais aussi vous devez faire preuve d’impartialité, de respect de la diversité et des lois et règlements  du  pays hôte», dit-il. Ce contingent est composé de 140 éléments dont deux sections opérationnelles, une d’intervention et une autre de maintien. Le tout placé sous le commandement du commissaire de police principal, Mamadou Sa­gna, issu de la sixième promotion de l’Ecole nationale de police.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here