PARTAGER

En vue des prochaines élections locales, les différents porteurs de voix se mobilisent chacun pour son champion. Le président de la Chambre de commerce de Kaolack semble avoir pris une option sur ses adversaires.

Les Locales sont reportées à une date ultérieure en lieu et place du mois de décembre initialement retenu pour les tenir. Mais déjà le mouvement Consommation locale pour l’émergence (Cles) a les yeux rivés sur ces prochaines joutes, et son président Ousmane Lô qui monte  au créneau pour réclamer un changement à la tête de la mairie de Kaolack. Se montrant très  critique à l’endroit de la mairesse Mariama Sarr, Ousmane Lô estime que l’heure a sonné «pour que cette dernière cède son fauteuil à un maire beaucoup plus compétent et prêt à prendre en charge les préoccupations de la population de Kaolack».
Faisant l’inventaire des actions faites par l’actuelle équipe municipale, Ousmane Lo estime que la mairesse Mariama Sarr n’a pas de bilan. «Ni un programme. Kaolack patauge  dans les inondations.»
Le chômage «est en train de ronger» une jeunesse de Kaolack que ne dispose que des «Jakarta comme unique source de revenus», se lamente Ousmane Lô qui s’empresse de dégager les critères de celui ou celle qui voudrait présider aux destinées de la mairie de Kaolack.
Parmi les potentiels candidats, on peut citer  l’ancien Pm, Mimi Touré, et nouvellement élue Présidente du Conseil économique et Social (Cese), écartée d’emblée par le patron du mouvement Cles.
Pour Ousmane Lo, «Mimi Touré  n’est  pas apte de diriger la mairie de Kaolack» en donnant les raisons.
«Mimi Touré n’est pas originaire de Kaolack. Elle est née à  Dakar avant de partir à Tambacounda et de faire un passage à Kaolack pour étudier  au lycée d’excellence Valdiodio Ndiaye. Elle ne connaît pas les réalités de Kaolack. Nous voulons un maire imprégné de nos difficultés», a justifié le président de Cles.
Parlant de l’opérateur économique, Serigne Mboup, qui chercherait  à diriger la mairie de Kaolack, Ousmane Lô estime que celui-ci «remplit les critères» du fait qu’il est originaire de la région dans laquelle il a fait quelques investissements.
«Serigne Mboup a le droit de briguer la mairie de Kaolack. C’est un opérateur économique qui a réalisé des choses concrètes à Kaolack», indique le responsable de la Cles qui est un mouvement qui s’active dans l’autosuffisance alimentaire à travers un encadrement en faveur des groupements et associations dans la transformation des produits céréaliers de base.
ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here