PARTAGER

Une trentaine d’artistes sénégalais et étrangers vont animer le village de Toubab Dialao pendant 9 jours. De la musique, de la danse, des expositions pour le rayonnement culturel et la formation de jeunes talents. Le festival annuel «Rythmes et formes du monde» qui en est à sa 6ème édition continue son bout de chemin en dépit du manque de soutien déploré par les organisateurs.

«34 millions» auraient permis de dérouler le programme de la 6ème édition du Festival rythmes et formes du monde, qui se tiendra du 24 décembre au 1er janvier prochain, tel que voulu par les organisateurs. Malheureusement ils ont buté sur des difficultés financières en dépit des nombreux appels aux partenaires. «Nous sommes revenus à un budget prévisionnel de 12 millions qui, je le rappelle, n’est pas encore bouclé mais, nous continuons l’aventure avec le soutien des quelques partenaires présents», a assuré jeudi avec optimisme Patricia Ndiaye, coordinatrice de cette 6ème édition. Elle l’a fait savoir lors d’une rencontre avec la presse au centre culturel Maurice Guèye. «Il est difficile de mobiliser les entreprises. Du côté du ministère de la culture nous avons envoyé une demande de parrainage et une mise à disposition de matériel sono. Ils ont accepté pour le matériel mais n’ont pas réagi sur le parrainage», a-t-elle également fait savoir à ce sujet. Ceci n’a pourtant pas altéré la volonté des initiateurs de ce festival, de pérenniser ce festival que la coordinatrice assimile à «un bébé qui est en train de grandir avec le temps».
De la danse, de la musique, de l’art visuel, de l’art plastique, du théâtre ainsi que des conférences et des actions environnementales seront au menu de ce rendez-vous de Toubab Dialaw. En tout, «une rencontre des cultures». Une dizaine d’artistes étrangers, venant de pays divers dont l’Espagne, les Usa, le Gabon, seront présents. De la prestation, le jour d’ouverture, du groupe espagnol On Kar qui ambitionne, selon le document de presse, de «faire connaitre le Naad Yoga ou science du son» et utilise à cet effet «des instruments à cordes et percussions originaux» à l’exposition intitulée «L’homme en objet/l’homme animal» de la portraitiste malienne Fatoumata Diabaté, Toubab Dialaw va focaliser pendant 9 jours l’attention des passionnés de culture.  «Depuis son origine, le Festival rythmes et formes du monde propose une programmation éclectique axée, d’une part sur l’apport de l’inter-culturalité et du pluridisciplinaire et, d’autre part sur le lien entre tradition et modernité», informe le document de presse remis par les organisateurs. «La spiritualité comme vecteur d’harmonie entre les êtres vivants», est l’élément autour duquel vont s’articuler les prestations, d’après ce même document de presse. «Une manière de rechercher la paix et la concorde. Chacun des artistes va communiquer à sa manière sur le thème», a avisé Patricia Ndiaye.

Sous l’impulsion de l’artiste haïtien Gérard Chenet
Plus d’une douzaine d’artistes locaux vont aussi faire des prestations pour cette édition. Au nombre de ceux-ci, l’artiste Omar Ndiaye qui en est à sa seconde participation. «Il faudrait que les artistes se mobilisent pour donner plus d’envergure à ce festival», a mentionné l’interprète du tube Xolusman. Lui, participe bénévolement à cette initiative. «Le festival crée de la dynamique dans le village, des perspectives différentes se présentent aussi aux jeunes», a indiqué la coordinatrice parlant de l’impact local que ce festival a sur les populations de la localité. Quatre sites sont mis à profit pour les diverses presta­tions. Rythmes et formes du monde est initié en 2011 par l’artiste Gérard Chenet, un haïtien qui vit au Sénégal depuis 1964 avant de s’installer définitivement à Toubab Dialao dans les années 1970. La philosophie du festival est de «participer au rayonnement culturel du territoire et à la mise en lumière des résultats de la formation artistique des jeunes», a mentionné M. Chenet par ailleurs directeur artistique de cette 6ème édition.
Correspondant

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here