PARTAGER

La dette des contractuels de la Jica sera épongée d’ici vendredi prochain. Plusieurs autres promesses ont été avancées par le gouvernement hier, à la suite d’une rencontre de suivi d’exécution des accords signés avec les syndicats de la santé. Mais l’Alliance des syndicats autonomes de la santé et de l’action sociale du Sénégal (Asas/And guesseum) maintient son plan d’actions du 18 avril et la grève prévue les 24 et 25 avril.

Malgré les engagements pris hier par l’État, les syndicalistes de la Santé maintiennent leur plan d’actions du 18 avril, mais aussi la grève prévue les 24 et 25 avril. En effet, le gouvernement a annoncé hier qu’il va éponger la dette des contractuels de la santé engagés dans le cadre du plan Jica au plus tard ce vendredi. Le Premier ministre a aussi promis de sécuriser leurs salaires jusqu’en décembre 2018, annonce faite par Mballo Dia Thiam à la suite d’une rencontre sur le suivi d’exécution des accords signés entre les syndicats et l’Etat. Après le huis clos, le président de l’Alliance des syndicats autonomes de la santé et de l’action sociale du Sénégal (Asas/And guesseum) a dévoilé la situation sur les autres points. Pour les subventions aux structures hospitalières et sanitaires et le remboursement de la dette de la Couverture maladie universelle (Cmu), «ils ont promis de régler cette question. C’est à dire la première tranche des subventions, la dette de la Cmu aussi, ne serait-ce qu’une partie sera aussi libérée parce qu’une partie avait été publiée, mais aussi le paiement du fonds de motivation», dit Mballo Dia Thiam.
Au sujet des heures supplémentaires, le syndicaliste a confirmé que «les deux derniers trimestres de 2017 avaient été payés, reste l’année 2016 qui porte les arriérés de 2015-2014. Là aussi des instructions ont été données pour au plus tard en fin mai».
Pour le régime indemnitaire, M. Thiam a déclaré que le Pm n’a pas voulu aborder la question, arguant il y a une autre plateforme pour parler de ça. Mais Thiam et Cie exigent toujours «l’ouverture de négociations sérieuses sur cette question».
Quant au relèvement de l’âge de la retraite de 60 à 65 ans, il dira : «On a un accord qu’on a joint hier (avant-hier). C’est le protocole de 2014. Là aussi, le gouvernement était prêt à discriminer le secteur de la santé.» Au cours de la rencontre, d’autres sujets comme l’état d’avancement par rapport au décret sur le Conseil supérieur de la fonction publique locale a fait l’objet de partage.
Par ailleurs, Seydou Guèye, porte-parole du gouvernement, a ajouté qu’«un agenda a été arrêté et qui est fixé à la date du vendredi prochain pour que toutes ces questions dont la plupart sont déjà en cours de mise en œuvre soient définitivement réglées».
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here