PARTAGER

Opposé à la Côte d’Ivoire samedi dans le cadre des éliminatoires du Mondial 2018, le Mali cumule les handicaps. Décimés par les forfaits de Adama Traoré, de Bakary Sako et de Abdoulaye Diaby, les Aigles ont en plus vu leur préparation tronquée par des soucis de visa, suscitant la colère du sélectionneur Alain Giresse.

C’est par un périlleux déplacement à Bouaké dans le fief du champion d’Afrique en titre, la Côte d’Ivoire, que le Mali entame samedi la phase de groupes des éliminatoires du Mondial 2018. Un rendez-vous déjà pas évident en soi et auquel sont venus s’ajouter plusieurs coups durs. Le principal ayant été cette semaine l’annonce des forfaits de Adama Traoré, revenu à un bon niveau avec Monaco, de Bakary Sako (Crystal Palace), souvent décisif lorsqu’il n’est pas blessé, et de Abdoulaye Diaby (Fc Bruges), probable titulaire en pointe.
«Je vis cette situation avec beaucoup de regrets. Regrets dans la mesure où ces joueurs étaient disponibles jusqu’au jour du rassemblement», a déploré auprès du site Footmali.com le sélectionneur Alain Giresse, contraint de rappeler à la hâte l’attaquant Modibo Maïga libre depuis deux mois et qui vient tout juste de signer au Ittihad Kalba (Emirats Arabes Unis).

Renforts de dernière minute
«Etant donné que la convocation d’un joueur requiert un délai bien déterminé auprès de son club, on ne peut pas faire appel à d’autres qu’à Modibo Maïga qui était libre de tout contrat», a encore regretté le technicien français, qui doit donc composer avec un groupe réduit à 21 joueurs au lieu des 23 initiaux. Pour ne rien arranger, les gardiens Soumaïla Diakité et Djigui Diarra et le défenseur Mohamed Konaté n’ont pas pu prendre part au stage organisé entre lundi et jeudi en région parisienne en raison d’un problème de visa. Ils ne rejoindront le groupe qu’en Côte d’Ivoire.
Du coup, les gardiens Ali Yirango (sans club) et Ousmane Dibatere (Amiens) ont été appelés en renfort juste pour les besoins du stage… D’après le site Malifootball, ces bourdes administratives, qui sont loin d’être une première, commencent sérieusement à agacer Giresse. «Je pense qu’on pouvait éviter que mes gardiens de but soient victimes de blocage à Bamako. Ce sont des situations à éviter.» Surtout avant d’affronter «le favori du groupe», dixit le technicien.
Afrik-foot

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here